Les déchets du BTP comme ressource vers une nouvelle pratique : une opportunité de projets négociés entre transition écologique, faisabilité opérationnelle et pérennité du processus

par Safa Ben khedher

Projet de thèse en Architecture et Ville

Sous la direction de Clara Sandrini.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Espaces, Temps, Cultures (Université Paris Nanterre) , en partenariat avec Laboratoire Espaces travail (Paris) (laboratoire) depuis le 19-11-2020 .


  • Résumé

    Le domaine du BTP comporte les deux sous-secteurs : « Bâtiment » et « travaux publics » se déclinant chacun en opérations de natures différentes (construction, réhabilitation, déconstruction). Aujourd'hui, bâtiments et travaux publics occupent une place essentielle dans l‘économie française : un chiffre d'affaire de l'ordre de 162 milliard d'euros en 2016 (ADEME, 2018). En France, les notions de source, consommation et ressource suscitent la controverse. D'un côté, de nombreuses études considèrent la production massive de logements comme une solution pour faire la ville sur la ville (Touati &Crozy, 2015). De l'autre, différents chercheurs révèlent la nécessité de limiter la production et avoir recours au réemploi et la réutilisation pour protéger l'environnement et opter pour une « transition plus juste » (Lavelle, 2015). Ce contexte de tensions ou contradictions entre deux objectifs qui pourraient s'articuler est ainsi révélateur d'un territoire à enjeux, d'autant plus que la question des ressources naturelles et du modèle économique qui en découle est aujourd'hui inscrite à l'agenda politique. Dans ce contexte, les pratiques architecturales et urbaines concernant les déchets du BTP et, plus largement, les techniques de réemploi des matériaux de construction et de reconstruction sont amenées à muter, à être remodelées au prisme de la transition écologique, de la faisabilité opérationnelle et de l'efficacité économique. Si la valorisation des déchets du BTP s'impose comme un défi politique à relever et un champ de recherche en plein essor, elle pose néanmoins de nombreuses questions. Majoritairement pensés sous l'angle de l'urgence écologique et de la nécessité économique, les déchets-ressources posent aussi la question de la faisabilité organisationnelle, règlementaire, économique et architecturale du processus de réemploi et ses temporalités (les temps de réflexion, d'analyse, de mise en œuvre, de visibilité, de mémorisation de l'action et de transmission du savoir) qui apparaît de fait nécessaire à étudier. L'objectif de cette recherche est de considérer la valorisation des déchets par le réemploi des matériaux comme un processus global et non pas seulement comme un projet architectural. Il s'agit de définir le parcours que développerait un architecte dans sa recherche de projets négociés entre transition écologique, faisabilité opérationnelle et pérennité de la démarche. Ce parcours sera le résultat d'une immersion à la fois dans la pratique architecturale (agence d'architecture), dans le milieu de la recherche (laboratoire) et dans le milieu pédagogique (enseignement, observation, pédagogie). In fine, à l'issue positive de ce travail, les acteurs du projet architectural devraient disposer de méthodes et outils éprouvés en situation concrète pour contribuer à la mutation et la mutualisation des pratiques opérationnelles à l'ère des nécessités du processus de valorisation des déchets du BTP et du réemploi des matériaux.

  • Titre traduit

    Construction waste as a resource for a new practice: An opportunity for projects negotiated between ecological transition, operational feasibility and sustainability of the process


  • Résumé

    The construction industry has two sub-sectors: "Building" and "public works", each of which is divided into operations of different types (construction, rehabilitation, deconstruction). Today, buildings and public works occupy an essential place in the French economy: a turnover of around 162 billion euros in 2016 (ADEME, 2018). In France, the concepts of source, consumption and resource are controversial. On the one hand, many studies consider the massive production of housing as a solution to make the city into the city (Touati & Crozy, 2015). On the other hand, various researchers reveal the need to limit production and resort to reuse and reuse to protect the environment and opt for a "fairer transition" (Lavelle, 2015). This context of tensions or contradictions between two objectives that could be articulated is thus indicative of a territory with challenges, especially since the question of natural resources and the economic model that results from them is now on the agenda. Politics. In this context, architectural and urban practices concerning construction waste and, more broadly, techniques for reusing construction and reconstruction materials are required to change, to be remodeled through the prism of ecological transition, operational feasibility and economic efficiency. While the recovery of construction waste is emerging as a political challenge and a booming field of research, it nevertheless raises many questions. Mainly conceived from the angle of ecological urgency and economic necessity, waste-resources also raise the question of the organizational, regulatory, economic and architectural feasibility of the reuse process and its temporalities (the time for reflection, analysis, implementation, visibility, memorization of the action and transmission of knowledge) which appears in fact necessary to study. The objective of this research is to consider waste recovery through the reuse of materials as a global process and not just as an architectural project. It is a question of defining the path that an architect would develop in his search for projects negotiated between ecological transition, operational feasibility and sustainability of the approach. This course will be the result of an immersion both in architectural practice (architectural agency), in the research environment (laboratory) and in the educational environment (teaching, observation, pedagogy). Ultimately, at the positive end of this work, the actors of the architectural project should have methods and tools proven in concrete situations to contribute to the transformation and pooling of operational practices in the era of the necessities of the waste recovery process. construction and reuse of materials.