Les rites "paradoxaux" dans la religion publique romaine

par Nicolas Corre

Thèse de doctorat en Religions et sytèmes de pensée

Sous la direction de Nicole Belayche.

Thèses en préparation à Paris, EPHE , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) depuis le 24-10-2006 .


  • Résumé

    La plupart des rites romains sont effectués pour garantir la 'pax deorum' et correspondent à une mise en scène de la hiérarchie entre les dieux et les hommes ou de la société elle-même. cependant, ils ne rentrent pas tous dans cette catégorie. en effet, certains rites dans leur entier ou des gestes particuliers n'étaient déjà plus compris du temps d'ovide et les commentateurs successifs les ont qualifiés de ''magiques'' parce qu'ils leur paraissaient étranges, difficilement explicables, peu dignes en fait de figurer dans les 'sacra'. il semble surtout que ces rites troublaient les romains parce qu'ils accordent à l'exécutant, dans un cadre spatial et temporel limité, un pouvoir inhabituel, une proximité qui pouvait être jugée dangereuse avec le divin. notre intuition est qu'une mise en série permettrait de faire apparaître une logique sous-jacente à l'ensemble de ces rites étranges. en croisant les sources littéraires, épigraphiques ou archéologiques et en faisant appel aux 'papyrus grecs magiques', nous espérons aboutir à la démonstration que certains rites romains officiels appartiennent à une classe de rituels que nous qualifierons de magiques et qui sont caractérisés par une remise en cause de l'ordre social et divin. notre ambition ultime serait de prouver l'existence d'un 'ritus magicus', modalité rituelle comparable au 'ritus romanus' ou au 'ritus graecus'. plusieurs pistes s'ouvrent à nous : peut-on considérer ces pratiques surtout comme des rites de femmes, et particulièrement de vieilles femmes ? leur étrangeté pourrait-elle s'expliquer par une origine étrangère, des influences grecques notamment, ou du moins considérée comme telle par les romains ? s'agit-il simplement de rites inversés par rapport aux rites classique, comparable en cela aux rituels funéraires ? notre exploration permettra, nous l'espérons, d'éclairer un peu plus de toute la complexité de la pensée religieuse romaine.


  • Pas de résumé disponible.