Le libertinage tardif de 1794 à 1820 : l'exemple de la comtesse félicité de choiseul-meuse.

par Stephanie Conrard

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Michel Delon.

Thèses en préparation à Paris 4 depuis le 15-11-2006 .


  • Résumé

    Notre thèse aura pour but d'analyser et de faire redécouvrir un certain nombre d'ouvrages libertins aujourd'hui complétement oubliés, car tardifs. la majorité des critiques contemporains fixent la fin du courant libertin aux alentours de 1782. nous nous consacrerons donc aux romans licencieux post-révolutionnaires, parus entre 1794 et 1820, et remettrons en question la notion même de << genre >> ou de << roman libertin >>. notre attention se portera sur plusieurs questions sous-tendues par une problématique globale : qu'est-ce que le genre libertin, comment peut-il se définir conceptuellement et où fixer ses limites diachroniques ? plus particulièrement, notre étude sera consacrée à un auteur : la comtesse anne joséphine antoinette félicité de choiseul-meuse (1767-1838), puisque sur neuf ouvrages libertins répertoriés entre 1803 et 1809, quatre sont associés à son nom. le mystère qui environne l'existence de cet auteur, tout autant que le silence absolu qui plane aujourd'hui sur son oeuvre, nous paraît justifier une recherche biographique ainsi qu'une analyse critique de sa production licencieuse. notre travail s'orientera donc dans deux directions. il nous paraît en effet indispensable de rassembler, autant qu'il sera possible, toutes les pièces permettant de retracer la vie et la carrière littéraire de notre romancière, non pas dans l'espoir d'y trouver la clef de son oeuvre, mais avec la volonté de replacer celle-ci dans le cadre d'une destinée idividuelle et dans un contexte bistorique /...


  • Pas de résumé disponible.