Arthur schopenhauer et les poètes symbolistes français et belges.

par Olivier Champod

Projet de thèse en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Jean-yves Masson.

Thèses en préparation à Paris 4 depuis le 13-11-2006 .


  • Résumé

    L'objectif de cette thèse est d'étudier la réception de schopenhauer par les poètes symbolistes français et belges -mais il faut préciser d'emblée que le terme de << symboliste >> doit être compris ici moins comme faisant référence à un mouvement réduit à quelques chefs autoproclamés qu'à une période qu'on situera dans une première approche entre 1870 et 1914. on essaiera en réalité d'éclairer la valeur et les significations de la référence schopenhauerienne pour des poètes qui furent actifs au moment où cette pensée exerça sa plus grande influence, influence souvent signalée mais jamais étudiée en tant que telle. le projet s'appuie sur un double support méthodologique : celui des études de réception comparée, entre la france et la belgique, et celui d'un comparatisme << disciplinaire >>, qui interroge la frontière entre littérature et philosophie. on tentera d'abord de faire le point sur la << réception >> proprement dite du philosophe, domaine déjà abordé pour la france (surtout en ce qui concerne l'introduction des théories schopenhaueriennes et ses répercussions sur les romanciers naturalistes), mais qui reste vierge en ce qui concerne la belgique. on cherchera également à identifier les systèmes littéraires (mythes, thèmes, images, etc.) qui ont pu être (ré)activés par son influence. enfin, on s'interrogera sur les prolongements philosophiques que des poètes ont pu proposer, sur le mode littéraire, à cette pensée, autour de ces concepts centraux, qui ne pouvaient qu'interpeller les poètes symbolistes et consonner avec leurs préocupations profondes.


  • Pas de résumé disponible.