Sécrétion et conflits de représentations

par Dylan Caruso

Projet de thèse en Arts : Arts plastiques

Sous la direction de Eric Valette et de Anne Favier.

Thèses en préparation à Amiens , dans le cadre de École doctorale en Sciences humaines et sociales , en partenariat avec CRAE Centre de recherche en Arts et Esthétique (laboratoire) depuis le 01-11-2019 .


  • Résumé

    Nombre de pratiques artistiques de la modernité convoquent la charge symbolique des matériaux les constituants. La représentation semble s'être vu adjoindre, plus franchement qu'alors, un autre élément signifiant que les artistes utilisent pour influer sur la représentation, en appuyer le sens ou au contraire le changer. Les pratiques artistiques sécrétoires semblent incarner ou exagérer cette tendance à faire avec la charge symbolique des matériaux constituants l'œuvre. Si les sécrétions sont attachées à des significations qui s'expriment avec force et contre lesquelles l'artistes peut difficilement luter, elles comportent surtout en elles une forme d'excès qu'elles semblent seules à porter. Excès de signification, excès d'interprétation, excès de réaction, excès de fascination. À l'ère de la dématérialisation, parler de « conflits de représentations » à propos de l'usage des sécrétions dans une pratique artistique sous-entend l'idée d'une rencontre, d'une friction, d'un contact (en opposition à la distance du virtuel ou du flux numérique). Ce contact se laisse apparaître sous plusieurs formes. Tout d'abord celle d'une opposition quasi dialectique entre l'objet de représentation et la matière employée pour le traiter mais aussi sous la forme de la relation qu'entretient le spectateur avec cette représentation et cette matière (ce qu'elles lui évoquent). Il s'agira donc, de connecter des connotations, de souligner des dénotations, de ne pas faire émerger un sens unique mais de mettre des sens en conflit. De faire en sorte que les représentations conflictuelles du spectateur soient en représentation. De faire in fine naître dans la représentation un conflit de représentation.

  • Titre traduit

    Secretion and conflicts of representations


  • Résumé

    Many art practices, from modernity, convene the symbolic charge of materials used to create them. Representation was given another significant, more openly than before, that artists use to influence representation, to emphasize its meaning or to change it. Art practices using secretions seem to incarnate or exaggerate this trend of “making” with the symbolic of materials that constitute the artwork. If secretions bear strong significations that the artist can hardly change, they also have the particularity of including a form of excess. An excess of signification, of interpretation, of reaction and fascination. In this era of dematerialization, talking about « conflicts of representations » when mentioning the use of secretions in art, suggests the idea of an encounter, a friction, a contact, that contrasts with the idea of virtual distance or digital flow. This contact occurs through several forms. Starting with an opposition, almost dialectic, between the object of the representation and the material being used to treat it. But also through the relationship that keeps the spectator with both. This research will therefore concentrate on connecting connotations, highlighting denotations, not making emerge a single sense, but putting different senses in conflict. It will ensure that conflictual representations for the spectator are in representation. It will ensure, ultimately, to grow, within representation, a conflict of representation.