Les représentations de la souveraineté dans l'oeuvre romanesque de Philippe Sollers

par Haytham Jarboui

Projet de thèse en Langues, civilisations et littérature française

Sous la direction de Philippe Forest et de Emna Beltaïef.

Thèses en préparation à Nantes en cotutelle avec l'Université de Tunis , dans le cadre de ALL - Arts, Lettres et Langues (Nantes) depuis le 18-12-2020 .


  • Résumé

    L’étude des représentations de la souveraineté dans les romans (31 romans) de Philippe Sollers permet de décliner ce concept de souveraineté qui appartient a priori au champ politico-juridique. Cette étude passe en premier lieu par le questionnement qui porte sur le genre romanesque pour déterminer son implication d’un point de vue politique et pour savoir comment il peut agir sur le réel. L’objectif d’une telle démarche est de démontrer que les romans de Sollers sont à contre-courant de la « démocratie indifférente de l’écriture » qui consiste à établir une égalité entre les sujets. L’intérêt est de savoir si cette littérature est fidèle à ce postulat en interrogeant la notion de « roman à thèse » et de « roman démocratique ». Il importe de savoir si un thème ou une prise de position suffisent à définir la littérature démocratique. Ce travail de recherche tentera de répondre à la question suivante : la littérature contemporaine exerce-t-elle un pouvoir sur la société ? Le questionnement au cours de cette thèse portera aussi sur le pouvoir qu’exerce ce dispositif narratif (S’agit-il d’un « je » autoritaire ou dialogique, donc démocratique ?) dans la fiction sollersienne. L’étude de la notion de souveraineté amènera à interroger la notion de « socialisation volontaire » développée par Nelly Wolf. L’analyse permet de déchiffrer les enjeux de cette socialisation. Dans une autre perspective, la recherche conduira à l’analyse de la notion de « moments souverains », telle que théorisée par Georges Bataille. Ainsi l’ironie et l’érotisme – des variantes de ces « moments souverains » - seront étudiés. Cette recherche explorera donc tous les aspects de la souveraineté, prise à la fois au sens hégélien – c’est-à-dire la domination et l’exercice d’un pouvoir – et au sens batailléen tel que nous l’avons exposé dans notre projet.

  • Titre traduit

    The Representation of Sovereignty in Philippe Sollers' Fiction.


  • Résumé

    The study of the representations of sovereignty in the novels of Philippe Sollers allows us to expound and develop the concept of sovereignty, which a priori belongs to the political-legal field. This study begins with questioning the novelistic genre to determine its implication from a political point of view and to know how it can act on the real. The aim of such an approach is to demonstrate that Sollers' novels run counter the "democracy indifferent to writing" which consists in establishing equality between subjects and to ascertain whether they are faithful to this postulate by questioning the notions of "thesis novel" and "democratic novel". It is important to know whether one theme or one position is sufficient to define democratic literature. This research will attempt to answer the following question: does contemporary literature exert power over society? It will also cross-examine the power of this narrative device (Is the “I” authoritarian or dialogical and therefore democratic?) in Sollersian fiction. The study of the notion of sovereignty will lead to questioning the notion of "voluntary socialization" developed by Nelly Wolf. The analysis makes it possible to decipher the challenges of this socialization. From another perspective, this research will lead to the analysis of the notion of "sovereign moments", as theorized by Georges Bataille. Thus, irony and eroticism, which are variations of these "sovereign moments", will be explored. This dissertation will, therefore, explore all aspects of sovereignty, taken both in the Hegelian sense –that is the domination and the exercise of power– and in the Bataillean sense as it has already been exposed in this project.