Les transferts culturels russo-européens dans l'art religieux au cours du XIXe siècle

par Victoria Arzhaeva

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Isabelle Saint-martin.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études , en partenariat avec Histoire de l'art, des représentations et de l'administration dans l'Europe moderne et contemporaine (laboratoire) et de EPHE PARIS (établissement opérateur d'inscription) depuis le 28-09-2020 .


  • Résumé

    L'art religieux russe du XIXe siècle porte des caractéristiques de la peinture académique et du traitement européen des sujets bibliques. À cette époque, les modèles figuratifs d'autres confessions commencent à pénétrer plus activement dans la peinture d'icône, notamment dans les ateliers d'icônes de la région centrale de la Russie. De plus en plus d'enseignants et de peintres, originaires des grands pays européens, prennent part à la décoration des églises russes orthodoxes localisées en Russie et en Europe occidentale. Dès le XVIIIe siècle, l'intérêt pour la peinture religieuse européenne s'accroît grâce à l'invitation des peintres étrangers en Russie pour le projet de fondation de l'Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. En conséquence, les modèles européens des sujets bibliques rentrent dans la collection du musée de l'Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg et restent des exemples à suivre jusqu'au début du XXe siècle. La copie en tant que système éducatif a obligé les étudiants de l'Académie à se tourner vers les chefs-d'œuvre de Raphaël, Guido Reni, Le Dominiquin, Carlo Dolci, Philippe de Champaigne, Anton Raphaël Mengs et Bartolomé Esteban Murillo. Les artistes européens furent également invités pour enseigner la peinture sacrée aux ateliers de peinture des monastères provinciaux. En surmontant la spécificité des originaux européens, l'iconographie orthodoxe est enrichie grâce aux sujets catholiques comme l'icône de la Mère de Trois joies d'après « La Vierge à la chaise » de Raphaël ou bien l'icône de « l'Acquisition de la sagesse » d'après une gravure occidentale de la Madone de Lorette. L'étude des icônes et des œuvres académiques du XIXe siècle met en évidence les rapports artistiques entre les artistes russes et les artistes européens, y compris les mouvements artistiques religieux comme celui des Nazaréens. Cette thèse vise donc à étudier dans une perspective historique, religieuse, diplomatique, sociale et artistique, les transferts culturels dans les arts religieux. Cette étude permet de retrouver les causes de ces transferts culturels entre l'Europe et la Russie, leurs modes et leurs vecteurs au cours du XIXe siècle ainsi que leurs impacts dans l'art religieux contemporain.

  • Titre traduit

    Cultural transfers between European and Russian religious art in the long nineteenth century


  • Résumé

    In the nineteenth century, Russian religious art bore the academic painting's characteristics and European treatment of Bible stories. In this period, the representational pictures from other confessions began to penetrate more actively in icon painting, particularly in the icon painting workshops in central Russia. More and more teachers and painters from European countries participated in the decoration of orthodox churches in Russia and in Western Europe. From the eighteenth century, the interest for European religious painting had grown thanks to the invitation of foreign painters to Russia for the project of Saint Petersburg Academy of Arts. Consequently, European models of Bible stories were included in the Imperial Academy of Art museum's collection. They were remaining as the models until the beginning of the twentieth century. The copy as the education system required the academic students to turn to the masterpieces by Raphael, Guido Reni, Domenichino, Carlo Dolci, Philippe de Champaigne, Anton Raphael Mengs and Bartolomé Esteban Murillo. European artists were also invited to teach the sacred painting in provincial painting workshops by the monasteries. Overcoming the specificity of the European originals, Russian orthodox iconography was enriched due to catholic themes such as the icon of the Mother of God “of the Three Joys” after Raphael's Madonna of the Chair or the icon of the “Acquisition of Wisdom” after a western engraving of the Madonna of Loreto. The study of the icons and the academic artworks of nineteenth century reveals the artistic relationships between Russian and European artists including the art religious movements as the Nazarenes. This Ph.D. thesis aims to study cultural transfers in the religious arts in terms of history, religion, diplomacy, sociology and art. This study allows discovering the causes of these cultural transfers between Europe and Russia, their forms and vectors during the nineteenth century as well as their impacts in contemporary religious art.