Investissements directs étrangers dans les pays émergents. Attractivité et effets économiques.

par Miriam Brahim

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Dominique Plihon.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 25-01-2011 .


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est l’étude de la croissance et du développement économique des pays émergents à travers l’Investissement Direct Etranger. Les pays émergents adoptent des stratégies d’attractivité des IDE, lesquels favorisent ensuite l’assimilation des transferts technologiques qu’ils véhiculent. Ces stratégies sont articulées autour de plusieurs points : surcroît de réglementation, instauration d’un système de bonne gouvernance, renforcement de la stabilité macroéconomique et développement des infrastructures et du capital humain. Nous nous intéressons aux pays de la région MENA qui viennent de subir des changements politiques et sociaux profonds. Des pays que l’Europe occidentale gagnerait à accompagner, pour assurer le succès de cette phase transitionnelle. C’est pourquoi, nous prenons exemple sur les pays de la région PECO au lendemain de la chute du mur de Berlin et sur les pays de l’Europe occidentale au lendemain de la seconde guerre mondiale. A partir de la décennie 1980, suite à l’effondrement des cours du pétrole qui a eu des conséquences majeures sur leurs économies fragiles, les pays de la région MENA se sont efforcés de diversifier leur économie. Dans un premier chapitre, nous montrons la nature des canaux, à travers lesquels se concrétisent les effets des IDE sur la croissance des pays émergents. A partir des théories récentes de la croissance économique, les politiques d’attraction des IDE menées par les pays émergents constituent un élément moteur de la croissance, à partir du moment où ces pays possèdent un capital humain capable d’absorber les technologies et le savoir-faire véhiculés par l’IDE. Dans un deuxième chapitre et à travers diverses méthodes empiriques, nous établissons les déterminants des IDE. A l’aide de comparaisons à l’échelle régionale, nous nous focalisons, plus particulièrement, sur les déterminants institutionnels à court terme. En nous appuyant par la suite sur un modèle gravitationnel dans les troisième et quatrième chapitres, nous mettons en évidence les déterminants essentiels de l’IDE dans les pays d'Europe centrale et orientale (PECO), ainsi que les éventuelles différences de comportement des investisseurs étrangers envers l’ancienne UE-15 et les PECO, et ce, dix ans après l’élargissement de la Communauté européenne. Nous montrons ainsi un glissement à la fois dans l’orientation géographique des investisseurs mais aussi dans leurs motivations. Nous n’observons donc pas de rapprochement des déterminants des PECO vers ceux de l’UE-15. En revanche, l’effet de concurrence fiscale tend à se diffuser dans les stratégies des firmes des PECO vers l’ensemble de l’Union européenne. Ceci coïncide avec la survenue de la crise qui a occasionné une plus grande volatilité dans les flux d’IDE. Dans le cinquième chapitre, nous analysons à long terme les déterminants institutionnels des IDE dans la région MENA. Nous mettons en relief une panoplie d’indicateurs institutionnels afin d’identifier leur importance relative sur les flux d’IDE ; et ce, après le contrôle des déterminants macroéconomiques. Nous prenons en considération les effets de retournement de conjoncture économique, dus principalement aux récessions et aux crises économiques. Nos résultats indiquent que les indicateurs institutionnels sont positivement reliés aux IDE. Enfin, dans le sixième chapitre, et pour la même région, nous examinons la relation entre la croissance économique, l’IDE, les exportations, la population active et l’investissement en capital. Ladite relation demeurant l'un des problèmes les plus importants de la littérature économique, elle rencontre un regain d'intérêt, principalement pour les pays de la région MENA, qui souffrent de problèmes sociaux, économiques et de retard technologique. En utilisant l’approche ARDL, nous montrons enfin qu’il existe une relation de cointégration entre ces variables, aussi bien à long terme qu’à court terme.


  • Pas de résumé disponible.