Analyse phénoménologique herméneutique du vécu du cancer dépassé : l'être-avec au centre du rapport au monde, ou le lien à l'autre comme assise du désir.

par Rym Bellouti

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Rosa Caron.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 04-03-2011 .


  • Résumé

    Cette thèse traite du vécu de la maladie grave et plus précisément de l'expérience des personnes atteintes d'un cancer dépassé. il s'agit d'une analyse à deux niveau ; phénoménologique et psychodynamique. les rapports entre les aspects phénoménologiques et psychodynamiques relatifs au lien et au rapport à l'autre sont abordés, afin de contribuer à la transférabilité des savoirs entre les deux disciplines. a travers le vécu de la maladie grave, cette thèse vise à apporter une contribution théorique à la psychopathologie du lien. l'étude du lien à l'autre, à partir de la clinique phénoménologique, nous amène à revisiter ce concept, car l'analyse de nos données nous révèle que la dimension du rapport individu/environnement que nous voulons approfondir, ne correspond pas totalement aux concepts existant dans la littérature. proche des concepts d'attachement et de relation d'objet, le lien à l'autre, tel qu'il s'exprime dans l'expérience des malades, renvoie à la dimension intersubjective de la relation. il s'agit du lien à l'autre que soi, à l'autre humain. l'objet de ce lien peut être un individu ou un groupe réel, comme il peut être un objet phantasmatique ou symbolique. il peut s'agir d'un objet culturel symbolisant le lien aux autres humains. les objets et comportements culturels, toujours porteurs de symbolisme, apparaissent, dans ce travail, comme des médiateurs du lien dont l'investissement par les malades graves est important à explorer. l'autre, dans cette conception, n'est ni totalement un objet interne ni complètement externe. le lien qui nous intéresse renvoie plutôt à ‘l'entre' de bin kimura et à l'espace transitionnel de winnicott. il s'agit du nouage qui fonde le contact avec le monde des autres, dans la dialectique de l'ipséité et de l'altérité. l'objectif de cette thèse est d'analyser la place et la fonction du lien à l'autre au sein du travail psychique des malades en question et d'analyser l'altérité au sein de leur rapport au monde. elle postule que le lien à l'autre a une fonction organisatrice au sein du travail psychique des malades graves, notamment celle de maintenir le désir de vivre, à travers la préservation de la satisfaction pulsionnelle, du sentiment de continuité temporelle et identitaire. c'est une analyse phénoménologique d'orientation psychanalytique. elle se situe dans le champ de la psychopathologie phénoménologique dans ses liens avec la psychanalyse. notre réflexion s'appuie sur les fondements épistémologiques qu'offre la phénoménologie comme philosophie, d'une part, et d'autre part, sur la phénoménologie telle qu'elle est transférée à la psychopathologie dans un rapport étroit au savoir psychanalytique. au niveau méthodologique, elle se base sur l'analyse de contenu d'entretiens phénoménologiques et sur l'analyse phénoménologique herméneutique au sens de ludwig binswanger. elle s'intéresse au vécu comme expérience globale, mais s'attache à analyser, plus particulièrement, la dimension du lien à l'autre dans cette expérience. cette thèse postule également que l'être-avec, au sens heideggérien, est au centre du rapport au monde de l'humain. nous entendons par là que cet existential détermine la tonalité de l'expérience vécue et l'accès à l'existence comme évidence, comme sentiment de présence à soi et à autrui. comprendre le monde intérieur des sujets, relativement à leur être-avec, permet, selon nous, de saisir en quoi le lien est important pour que le désir de vivre persiste. nous émettons à ce sujet l'hypothèse que la réciprocité du lien et son inscription dans un rapport d'égal à égal sont essentiels parce qu'ils assurent au malade qu'il est reconnu dans sa valeur d'être humain et qu'il a toujours sa place parmi ses pairs.


  • Pas de résumé disponible.