Organisation du temps pour la décongestion des mobilités urbaines : une approche systémique et interdisciplinaire des bureaux des temps

par Yassamina Berkane

Projet de thèse en Informatique

Sous la direction de Leïla Kloul.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences et technologies de l'information et de la communication , en partenariat avec Données Algorithmes pour une ville intelligente et durable (laboratoire) et de Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (référent) depuis le 01-04-2020 .


  • Résumé

    Contexte En matière de mobilité urbaine, et ainsi de qualité de vie et d'impact environnemental, l'enjeu majeur des villes de demain est de permettre une décongestion des moyens et infrastructures de mobilité, donc une diminution de la mobilité contrainte. Au delà de la multiplication des possibilités de mobilité interactive, cette décongestion nécessite de repenser la question du temps et de l'espace des territoires concernés. En effet, la congestion est une conséquence du fait que des populations en croissance doivent se déplacer sur des trajets de plus en plus longs au même moment et pour se rendre au même endroit (notamment la mobilité par ou pour le travail ou les études, pour les accès aux commerces, aux services publics). Repenser l'espace est un enjeu complexe de politique publique auquel on ne peut répondre à court terme. La question du temps elle, peut être abordée dès aujourd'hui. Répondre à cette question devient en particulier la mission principale confiée actuellement aux bureaux des temps qui existent sur plusieurs territoires urbains européens et qui gèrent de façon empirique des cas très particuliers. Cette mission consiste à agir sur les causes de la congestion de mobilités à certaines heures en repensant les horaires d'activités (travail, étude, commerce, etc.). Mais cela ne peut pas se faire sans une prise en compte de toutes les contraintes d'activité et de ressources, pas seulement celles liées à la mobilité, et des caractéristiques et spécificités des populations impactées. Par exemple, coordonner les horaires de début et de fin de cours dans une université avec ceux des transports en commun la desservant nécessite la prise en compte non seulement de la disponibilité des ces moyens de transport mais aussi de celle des ressources pédagogiques (salles d'enseignement, présence de personnel de services et de sécurité, etc.) et surtout la sociologie des étudiants et des enseignants (âge, adresse, situation de famille, perception des enjeux liés à la mobilité, etc.). De même, réfléchir sur des horaires de travail diversifiés et sur le développement du télétravail dans un objectif de décongestion nécessite de revenir sur les rapports au travail des individus, sur la manière dont ils articulent activité professionnelle et vie domestique, etc. Objectif L'objectif à termes de ce projet est donc de pouvoir proposer une plateforme d'analyse de données hétérogènes, intégrant des concepts de traitement de données en SHS. Cette plateforme sera le support de décision des bureaux des temps. Les données en question concerneront en particulier les valeurs temporelles de flux de mobilité et des congestions qu'ils entrainent, la description de l'organisation des activités d'un territoire, des autres types de ressources ou de contraintes associées aux activités qui s'y déroulent et surtout, des acteurs et populations impactées qui devront s'approprier et répondre aux modifications d'organisation du temps des territoires. En premier lieu, à partir des différents types de données disponibles ou à obtenir, qui devront être qualifiées quantitativement et qualitativement, un observatoire des mobilités permettra une compréhension de la mobilité dans sa complexité au delà de la simple mesure de flux, de son impact en termes d'activités et de qualité de vie. Cet observatoire permettra aussi de diagnostiquer les situations en tension et les possibilités de modification acceptables. En particulier, l'observatoire devra rendre possible l'analyse qualitative de l'impact du télétravail et de l'aménagement des lieux et horaires de travail proposés aux salariés. Un tel observatoire nécessitera le développement de nouvelles métriques et outils d'analyse, notamment qualitatives, ce qui est aussi un des objectifs du présent projet. Les résultats et analyses ainsi fournies par l'observatoire permettront ensuite l'établissement de diagnostics, de scénarios d'optimisation et la possibilité de simuler l'impact de changement dans l'organisation des activités du territoire. Un grand nombre de données potentiellement déjà disponibles sont requises pour un tel bureau des temps, des données de flux bien sûr, mais aussi des données d'enquêtes réalisées dans le cadre des plans mobilités des entreprises, d'enquêtes menées par les municipalités, les organismes d'enseignement, etc. Le projet sera initié sur la base de ces données, sachant qu'ensuite les données générées en continue par les usagers seront essentielles. La mobilité sur un territoire concerne non seulement les citoyens y résidant, mais aussi les populations venant régulièrement y mener des activités (travail, étude, commerce, loisirs,..) sans y résider. Un bureau des temps ne peut ainsi être effectif que si les uns et les autres acceptent de l'alimenter en données, quantitatives (par exemple à partir de leurs Smartphones ou à partir de capteurs mobiles qu'ils accepteraient de porter), soit qualitatives à partir de leurs réactions ou de leurs réponses à des enquêtes ponctuelles ou en continue. L'exploitation de toutes ces données hétérogènes devra se faire par une approche systémique et interdisciplinaire (principalement SHS et numérique) pour un support à la concertation au sein d'un bureau des temps. Le but est de ce projet doctoral est donc de définir et d'utiliser sur des cas réels une approche systémique et interdisciplinaire (STIC, SHS) pour une compréhension de la mobilité dans sa complexité et ses conséquences sur la qualité de vie des usagers face à la mobilité contrainte et la congestion des infrastructures de transport. Ces éléments aboutiront ensuite à l'établissement de diagnostics et de solution de décongestion pour les futurs bureaux des temps. Le projet vise la conception et l'utilisation sur des cas concrets d'une chaîne complète de traitement de données hétérogènes, avec une approche interdisciplinaire qu'il faudra intégrer. Ce projet se décline en trois phases. Tout d'abord, la collecte, la qualification quantitative et qualitative de données ; sur cette phase, le doctorant bénéficiera d'une première action interdisciplinaire qui sera menée sur les territoires associés dès le premier semestre 2019. La seconde phase concerne le développement d'approches interdisciplinaires pour l'analyse et le traitement de ces données, et enfin la troisième phase aura pour objectif la proposition de modèles permettant de mesurer l'impact social et en termes de décongestion de modifications d'organisation temporelle des activités de ces territoires. Références Boulin, J. (2003). Les temps de la ville: Au-delà d'un aspect fonctionnel (l'organisation des services publics), les politiques des temps visent à un 'bien-être temporel', offrant disponibilité et prévisibilité à tous. Revue Projet, 273,(1), 64-72. doi:10.3917/pro.273.0052. J. Rochman, et D-G. Tremblay. Politiques temporelles et bureaux des temps: défis et potentiels pour les territoires. Canadian Journal of Regional Sciences 34(1), 2011. Y. Zheng, L. Capra, O. Wolfson, H. Yang. Urban computing: concepts, methodologies, and applications. ACM Transactions on Intelligent Systems and Technology (TIST). Vol. 5(3), 2014. Y. Zheng. Trajectory Data Mining: An Overview. ACM Transaction on Intelligent Systems and Technology (ACM TIST). 2015. vol. 6, issue 3

  • Titre traduit

    Organization of time for the decongestion of urban mobility: a systemic and interdisciplinary approach for offices of time


  • Résumé

    Context In terms of urban mobility, and thus of quality of life and environmental impact, the major challenge for cities of tomorrow is to allow decongestion of mobility means and infrastructures, thus reducing constrained mobility. Beyond the multiplication of opportunities for interactive mobility, this decongestion requires rethinking the question of time and space of the territories concerned. Indeed, congestion is a consequence of the fact that growing populations have to travel on longer and longer journeys at the same time and to get to the same place (including mobility by or for work or studies, to access to shops, utilities). Rethinking space is a complex public policy issue that can not be answered in the short term. The question of time can be addressed today. Answering this question becomes, in particular, the main task now entrusted to time bureaus which exist in several European urban areas and which manage empirically very specific cases. This mission is to act on the causes of mobility congestion at certain times by rethinking the schedules of activities (work, study, trade, etc.). But this can not be done without taking into account all the constraints of activity and resources, not only those related to mobility, and the characteristics and specificities of the populations affected. For example, coordinating the start and end times of a university with those of the public transport system requires that not only the availability of these means of transport but also the availability of educational resources be taken into account (lecture halls). teaching, presence of service and security personnel, etc.) and especially the sociology of students and teachers (age, address, family situation, perception of mobility issues, etc.). Similarly, reflecting on varied work schedules and on the development of teleworking with a view to decongestion requires a review of individuals' work relationships, the way in which they articulate professional activity and domestic life, and so on. Objective. The objective of this project is therefore to be able to offer a heterogeneous platform for data analysis, integrating concepts of data processing in SHS. This platform will be the decision support of time offices. In particular, the data concerned will concern in particular the temporal values of the mobility flows and the congestion they cause, the description of the organization of the activities of a territory, the other types of resources or constraints associated with the activities that take place. There are, and above all, affected actors and populations who will have to take ownership of and respond to changes in the organization of the time of the territories. Firstly, from the different types of data available or to be obtained, which will have to be analyzed quantitatively and qualitatively, an observatory of mobilities will allow an understanding of mobility in its complexity beyond simple flow measurement. its impact in terms of activities and quality of life. This observatory will also make it possible to diagnose situations in tension and the possibilities of acceptable modification. In particular, the observatory should make it possible to qualitatively analyze the impact of teleworking and the layout of places and working hours offered to employees. Such an observatory will require the development of new metrics and analytical tools, including qualitative, which is also one of the objectives of this project. The results and analyzes thus provided by the observatory will then allow the establishment of diagnostics, optimization scenarios and the possibility of simulating the impact of change in the organization of the territory's activities. A large number of potentially available data are required for such a time office, flow data of course, but also data from surveys carried out as part of the mobility plans of companies, surveys carried out by municipalities, educational organizations, etc. The project will be initiated on the basis of these data, knowing that then the data generated continuously by the users will be essential. Mobility in a territory concerns not only the citizens residing there, but also the people coming regularly to carry out activities there (work, study, trade, leisures, ..) without residing there. A time office can thus be effective only if both agree to feed it with quantitative data (for example from their smartphones or from mobile sensors that it would accept to carry), or qualitative to from their reactions or their responses to ad hoc or ongoing surveys. The exploitation of all these heterogeneous data will have to be done by a systemic and interdisciplinary approach (mainly SHS and numerical) for a support to the consultation within a time office. The aim of this doctoral project is therefore to define and use in real cases a systemic and interdisciplinary approach for an understanding of mobility in its complexity and its consequences on users' quality of life in the face of constrained mobility. congestion of transport infrastructure. These elements will then lead to the establishment of diagnostics and decongestion solutions for future time bureaus. The project aims at designing and using a complete chain of heterogeneous data processing in concrete cases, with an interdisciplinary approach that will have to be integrated. This project is divided into three phases. First, the collection, qualification of quantitative and qualitative data; on this phase, the doctoral student will benefit from a first interdisciplinary action that will be carried out on the associated territories from the first half of 2019. A second phase concerning the development of interdisciplinary approaches for the analysis and the treatment of these data, and finally a third phase the proposal of models to measure the social impact and in terms of decongestion of temporal organization changes of the activities of these territories. References Boulin, J. (2003). Les temps de la ville: Au-delà d'un aspect fonctionnel (l'organisation des services publics), les politiques des temps visent à un 'bien-être temporel', offrant disponibilité et prévisibilité à tous. Revue Projet, 273,(1), 64-72. doi:10.3917/pro.273.0052. J. Rochman, et D-G. Tremblay. Politiques temporelles et bureaux des temps: défis et potentiels pour les territoires. Canadian Journal of Regional Sciences 34(1), 2011. Y. Zheng, L. Capra, O. Wolfson, H. Yang. Urban computing: concepts, methodologies, and applications. ACM Transactions on Intelligent Systems and Technology (TIST). Vol. 5(3), 2014. Y. Zheng. Trajectory Data Mining: An Overview. ACM Transaction on Intelligent Systems and Technology (ACM TIST). 2015. vol. 6, issue 3