Le corps du sujet de droit : analyse féministe d'un concept juridique

par Elise Herting

Projet de thèse en Droit public

Sous la direction de Stéphanie Hennette-Vauchez.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École Doctorale Droit et Science Politique , en partenariat avec Centre de Théorie et Analyse du Droit (laboratoire) depuis le 01-09-2015 .


  • Résumé

    Concept central de la théorie du droit, le sujet de droit est généralement considéré comme une fiction juridique. Classiquement identifié selon les critères de l'intérêt et de la volonté, le sujet de droit apparait alors comme une abstraction désincarnée. Si la doctrine distingue, avec pédagogie, les sujets de droit qui ont un corps (les personnes physiques) de ceux qui n'en n'ont pas (les personnes morales), le rôle de ces corps dans la construction théorique du sujet de droit fait l'objet de peu d'attention. En effet, bien que de nombreux travaux s'intéressent aux conditions juridiques dans lesquelles les sujets peuvent disposer de leur corps, les conséquences théoriques des règles juridiques relatives au corps restent largement ignorées par la doctrine. En s'appuyant sur les méthodes d'analyse féministe du droit, cette thèse entend contribuer à l'analyse critique et genrée d'un concept central de la théorie du droit en posant la question de la neutralité du « sujet de droit ».

  • Titre traduit

    The embodied legal subjects : a feminist legal analysis


  • Résumé

    The subject of law is often presented as a legal fiction. Classically identified from the criteria of will and interest, the subject of law appears as a disembodied abstraction. However, a detailed analysis of French law suggests that an extensive account of the subject of law cannot be provided without regard to the body. French doctrine generally distinguishes between those legal subjects with (natural persons) or without a body (legal persons). However, the aim of such distinction remains mainly pedagogic. While many studies focus on the practical modalities allowing subjects to dispose of their body, little research in France inquires into the theoretical consequences of legal rules pertaining to the body. Relying on feminist legal methods, this thesis explores the role of the body in the construction of the legal subject and questions its neutrality. Based on empirical analysis of positive law relating to prostitution, rape or the Islamic headscarf, this thesis demonstrates that the subject of law rests on a gendered construction of the body, hence questioning the neutrality of the subject of law itself.