Transformations urbaines et dynamiques sociales : construction du sud parisien entre la monarchie de juillet et le second empire.

par David Berthout

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Maurizio Gribaudi.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 26-11-2010 .


  • Résumé

    Entre la monarchie de juillet et le second empire, les territoires parisiens se transforment progressivement et laissent apparaître de nouvelles identités urbaines, économiques et sociales. entre 1830 et 1860, vaugirard, montrouge et vanves, espaces des futurs xive et xve arrondissements, connaissent une urbanisation tout d'abord timide, puis de plus en plus importante. ces communes encore largement rurales du sud parisien possèdent d'importantes réserves foncières qui sont peu à peu morcelées en parcelles à bâtir par de petits et moyens spéculateurs et revendues, dans des opérations de lotissements plus ou moins structurées, à de petits artisans et commerçants suffisamment argentés. cette forme d'urbanisation, en raison même de la nature des activités des lotisseurs et de la condition des acquéreurs auxquels ils s'adressent, diffère de celle – plus aisée et bourgeoise -, opérée à l'ouest et au nord ouest de la capitale, et de celle – ouvrière – qui voit le jour à l'est et au nord est. afin d'en établir la genèse et d'en déterminer les spécificités, il semble donc primordial d'étudier le ‘groupe lotisseurs', ses pratiques financières, foncières et sociales. a l'autre bout de la chaîne immobilière, il s'agit de mettre en exergue les dynamiques économiques et sociales accompagnant ces transformations en menant une recherche approfondie et en menant une analyse minutieuse sur les populations ‘primo intallantes'.


  • Pas de résumé disponible.