Expériences ordinaires de la peste.

par Fleur Beauvieux

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Jean Boutier.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 14-11-2010 .


  • Résumé

    Construit à partir de l'exemple de l'épidémie de peste de 1720-1722, cette thèse s'articule autour des changements de la vie ordinaire des marseillais du xviiie siècle, principalement au niveau de leur expérience corporelle et spatiale. de quelle manière le ‘désordre' démesuré de la peste affecte le fonctionnement social ? comment l'ordre établi d'une société est-il altéré par un évènement profondément déstructurant, une épidémie non maitrisée, telle que la peste de 1720, dernière crise de destruction massive de l'époque moderne ? le but de cette thèse serait d'arriver à faire une forme d'inventaire des attitudes, des gestes, des lieux et des situations qui se transforment, ou se modifient, durant l'épidémie et dans la reconstruction immédiate de la structure sociale marseillaise à la suite du passage du fléau, soit dans les trois années où s'établit le ‘temps de peste'. il s'agira ainsi de questionner les institutions, les groupes, les dimensions individuelles multiples. un intérêt particulier sera porté à la perception faite à partir des acteurs. cette interrogation se fera d'une part dans leur interaction avec la réalité épidémique du désordre de la peste, mais également avec les dimensions fantasmées de cette dernière. fait social total, la peste nécessite des approches pluridisciplinaires pour être pleinement comprise : cette thèse se situera avant tout comme une recherche historique (influencée tant par l'histoire sociale, politique que culturelle, ‘sensible'), mais qui comprendra des outils et concepts issus d'autres disciplines (anthropologie de la santé et des représentations, histoire de l'art, urbanisme, philosophie).


  • Pas de résumé disponible.