Les « altérations » génitales féminines médicalisées en Egypte. Sexualité, médecine et gouvernement des corps.

par Gehad Elgendy

Projet de thèse en Ethnologie - Option Antropologie sociale et culturelle

Sous la direction de Isabelle Gobatto.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Passages (laboratoire) depuis le 28-10-2020 .


  • Résumé

    Cette thèse vise à étudier la coexistence de différentes pratiques d'altération génitale dans la société égyptienne. Elle a pour objectif de décrire les expériences professionnelles et profanes reliées à ces modifications lorsqu'elles sont exercées par le corps médical. Ces pratiques seront positionnées sur un continuum qui nous amène à les considérer au travers de l'intervention, sur le corps, par un acte technique et médical, d'une modification sur les organes génitaux féminin. Ces interventions connaissent un traitement différencié à plusieurs niveaux dans les médias, la politique, la sphère médicale, les milieux sociaux ou même dans les représentations sociales de certaines tranches de la population. De plus, la médicalisation de l'excision accompagnée par l'expansion de la chirurgie génitale implique que les frontières tracées entre ces pratiques et les chirurgies sexuelles deviennent de plus en plus floues. Ainsi, nous pouvons estimer que l'enjeu, pour les femmes, des « modifications génitales » reflète l'hétérogénéité de la société égyptienne et met l'accent sur les différentes fractures et inégalités sociales. Ainsi, il convient de se demander ce que ces « nouvelles » modifications génitales nous apprennent d'une société qui, certes sous des formes différentes de l'excision, médicalise les interventions sur le sexe des femmes. Cette recherche rencontre la problématique de la médicalisation du corps féminin, appréhendée sous l'angle des modifications/altérations génitales. Qu'est-ce que cela nous apprend d'une forme de « gouvernement des corps » féminin ? Comment le corps des femmes et en particulier le sexe des femmes est modelé par la régulation publique et le « savoir technique » des médecins ? Nous étudierons les sens attribués à ces pratiques (framing) dans les discours des trois acteurs principaux: l'Etat, le corps médical et les femmes appartenant aux différentes couches sociales et la signification de ces représentations vis-à-vis de la structure de la société égyptienne.

  • Titre traduit

    Medicalized female genital "alterations" in Egypt.Sexuality, medicine and the government of bodies


  • Résumé

    This thesis aims to study the coexistence of different practices of genital alteration in Egyptian society. Its objective is to describe the professional and profane experiences related to these modifications when they are carried out by the medical profession. These practices will be positioned on a continuum that leads us to consider them through the intervention, on the body, by a technical and medical act, of a modification on the female genitals. These interventions are treated differently at several levels in the media, politics, the medical sphere, social circles or even in the social representations of certain sections of the population. Moreover, the medicalization of excision accompanied by the expansion of genital surgery means that the boundaries drawn between these practices and sexual surgeries are becoming increasingly blurred. Thus, we can estimate that the stake, for women, of "genital modifications" reflects the heterogeneity of Egyptian society and emphasizes the various social divides and inequalities. So, it is worth asking what these "new" genital modifications tell us about a society which, albeit in different forms from excision, medicalizes interventions on the sex of women. This research encounters the problem of the medicalization of the female body, seen from the angle of genital modifications / alterations. What does this tell us about a form of female "body government"? How is the body of women and in particular the sex of women shaped by public regulation and the “technical knowledge” of doctors? We will study the meanings attributed to these practices (framing) in the speeches of the three main actors: the State, the medical profession and women belonging to different social strata and the meaning of these representations vis-à-vis the structure of the Egyptian society.