Qualification de l'espace par les mots : l'architecture de papier. Les mots peuvent-ils construire

par Melissa Bellesi

Projet de thèse en Arts plastiques

Sous la direction de Roland Huesca.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) depuis le 16-12-2010 .


  • Résumé

    Les mots ont toujours habillé l'architecture. Dans la qualification de l'espace par les mots, il est nécessaire de déterminer le rapport qu'entretiennent ces deux entités: architecturale et verbale. Dans quelle mesure peuvent-elles cohabiter, se compléter, voire se substituer? Nous regardons un édifice, nous définissons chez lui une atmosphère, il fait naître chez nous un sentiment. Ce sentiment est lié à notre culture, notre éducation architecturale et nos références, qui vont nous aider à définir un champ lexical autour de ce lieu. Les mots choisis pour le qualifier possèdent un imaginaire, éveillant certaines attentes et définissant des éléments qui doivent être là (le nom d’un édifice ou d'un lieu peut influer sur lui, notamment sur la perception que l’on aura de son espace). Ces mots vont de plus être habités d'une charge émotionnelle que nous leur de part notre propre expérience. Certaines spécificités vont nous frapper, d’autres seront ignorées. Quelle en est la raison ? Peut-on considérer alors que seuls les propres écrits des architectes ou urbanistes sont capables de raconter l'espace, leur espace, de le reconstruire par les mots? Pourtant les écrits ne sont pas à reléguer au rang de notice explicative. Ils apportent une nouvelle dimension à l'architecture et possède leur propre structure, leur propre espace, ils génèrent l’architecture. Mais laquelle ? Une meilleure compréhension de ces rapports permet une meilleure approche et une meilleure compréhension du lieu. En prenant comme support de mes recherches la ville de Florence, je pourrai accéder à tous types d’écrits (textes théoriques, poétiques, récits de voyage, textes anciens, contemporains…) et je peux aligner deux cultures différentes et tenter de percevoir leurs divergences.


  • Pas de résumé disponible.