Des conciles et des lettres: réseaux savants et construction des doctrines ecclésiologiques au temps des conciles réformateurs (première moitié du XVe siècle).

par Cécile D'eimar de jabrun (Barluet)

Projet de thèse en Histoire et archéologies des mondes médiévaux

Sous la direction de Bénédicte SÈre.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent , en partenariat avec Histoire médiévale et moderne (laboratoire) depuis le 13-10-2020 .


  • Résumé

    M'appuyant sur l'idée que les conciles ont été un lieu majeur de fermentation intellectuelle – ce que l'on sait, mais que l'on n'a que très partiellement démontré – je propose d'analyser les réseaux savants au sein des assemblées conciliaires en me fondant sur un corpus bipartite. D'une part, les traces des échanges personnels entre les hommes – lettres, journaux, correspondances –, d'autre part, la production et la circulation des traités théoriques et doctrinaux afin d'observer l'influence du renouveau culturel et de l'accroissement des échanges lettrés sur les constructions ecclésiologiques. C'est ainsi la mutation intellectuelle d'un milieu que je souhaite mettre en valeur, celui des Pères conciliaires (dans une définition large), en cherchant comment les théories ecclésiologiques furent modelées ou remodelées par la circulation des hommes, leurs échanges et la complexité de leurs liens personnels, faisant fi des frontières nationales, dans l'ensemble de l'Europe occidentale. C'est ainsi le croisement entre la production des savoirs – ecclésiologiques, doctrinaux, politiques – et les appartenances de réseaux et de sociabilité, de milieux intellectuels et d'échanges internationaux qui les conditionnent que nous plaçons au cœur de l'étude et de la méthode.

  • Titre traduit

    Councils and letters: scholarly networks and construction of ecclesiological doctrines at the time of the reforming councils (first half of the 15th century).


  • Résumé

    Starting from the idea that the councils were a major place of intellectual fermentation - which we know, but which we have only very partially demonstrated - I propose to analyze the scholarly networks within the conciliar assemblies on the basis of a bipartite corpus. On the one hand, the traces of personal exchanges between men - letters, newspapers, correspondence -, on the other hand, the production and dissemination of theoretical and doctrinal treatises, in order to observe the influence of cultural renewal and the increase in literate exchanges on ecclesiological constructions. It is thus the intellectual mutation of a milieu that I wish to highlight, that of the Council Fathers (in a broad definition), by seeking how ecclesiological theories were shaped or reshaped by the circulation of men, their exchanges and the complexity of their personal ties, ignoring national borders, throughout Western Europe. It is therefore the intersection between the production of knowledge - ecclesiological, doctrinal, political - and membership in networks and sociability, intellectual environments and international exchanges that condition them that we place them at the heart of the study and discussion. method.