Effets psychiques liés au handicap physique chez des militaires blessés gravement en afghanistan.

par Vanessa Bosserelle

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Dominique Cupa.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) depuis le 19-11-2010 .


  • Résumé

    Selon freud, la blessure physique protègerait du traumatisme de guerre. la clinique des militaires gravement blessés en opérations extérieures en afghanistan montre que se produit rapidement un surinvestissement du corporel et en particulier de la douleur. cette dernière semble avoir un effet contenant mais momentané ; car derrière la visibilité des corps douloureux et souffrants, « malmenés » par la rééducation, on voit émerger, au décours des entretiens psychologiques, des déstabilisations, notamment sur les plans narcissique et identitaire. alors, la blessure physique protège-t-elle vraiment du traumatisme de guerre ? cette question demande une réélaboration de la notion de traumatisme de guerre et plus précisément de son fonctionnement : fonctionne-t-il comme le traumatisme sexuel, dans l'après-coup, réactivant des traumatismes précoces plutôt narcissiques que sexuels ? par ailleurs, il semble que ce soit la douleur, plutôt que la blessure physique qui protègerait du traumatisme, et qui aurait un effet contenant. il s'agira donc d'évaluer chaque blessé au moyen d'un entretien semi-directif, de l'inventaire-échelle de névrose traumatique, d'échelles d'évaluation de la douleur, et d'un rorschach, dès le début de la phase de rééducation et à 6 mois de distance.


  • Pas de résumé disponible.