L'hypermodernite genere-t-elle de nouveaux symptomes ?

par Elisabeth Hamel (Briant)

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Jean-Claude Maleval.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 14-11-2010 .


  • Résumé

    Hyperactifs, anorexiques, surdoués, toxicomanes, débiles, tels sont les diagnostiques ou plutôt les étiquetages, avec lesquels se présentent les patients en consultation. ceux-ci sont obtenus, non plus, par une clinique différentielle, mais par l'objectivation, c'est à dire par la mesure, le test, l'évaluation. ces exemples mettent sur le devant de la scène la tendance contemporaine du 'tout thérapeutique' issu de la référence systématisée au normal et au pathologique. la référence à la courbe de gauss implique en effet que tout ce qui n'est pas dans la norme établie statistiquement se révèle entrer dans la catégorie du pathologique par la nomination d'un syndrome ou trouble, et sera donc soumis à la thérapeutique. c'est une caractéristique de notre époque et lacan nous a appris qu'il est important pour l'analyste d'être capable de 'rejoindre à l'horizon la subjectivité de son époque'. 1 on peut se demander si ce contexte contemporain génère de nouveaux symptômes, de nouveaux modes de jouissance ou de nouvelles caractéristiques des symptômes que nous sommes amenés à rencontrer dans la clinique. ces nominations objectivent le sujet, le coupant de sa subjectivité. nous allons expliquer comment nous en sommes arrivés là. pour cerner ces phénomènes il faudra aussi se pencher sur les nouvelles coordonnées du malaise dans la civilisation et ses conséquences sur les discours (notamment sur le discours du maître modifié par la vaporisation du père). dans un deuxième temps, nous verrons aussi que pour la psychanalyse, le symptôme contient sa part de jouissance. la question des 'nouveaux symptômes' ne peut dès lors s'envisager sans prendre en compte dans le contexte moderne les notions de jouissance, de pulsion et d'objet a. nous examinerons quelle position la psychanalyse peut adopter sur la question de ces diagnostiques contemporains. nous nous demanderons aussi si ces modifications du rapport à la jouissance, ces 'nouveaux symptômes' donnent lieu à une modification de notre clinique.


  • Pas de résumé disponible.