Étude-socio-linguistique sur l'acquisition de l'arabe par les jeunes beures des années quatre-vingt dix jusqu'a maintenant

par Mansour Brahmia

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Michel Eloy.

Thèses en préparation à Amiens depuis le 04-10-2010 .


  • Résumé

    Pour beaucoup d'algériens,la france est devenue leur deuxième mère patrie à la suite de l'histoire que nous connaissons tous et qui a entraînée dans son sillage le déplacement vers la france d'une large population algérienne ,souvent démunie des connaissances de base ,soit de la langue française proprement dite,soit de la langue arabe elle-même,du fait de l'absence quasi-totale d'un système éducatif. le frottement des deux populations ,des deux cultures et des deux langues nous a conduit inévitablement vers l'emergence d'un tissu socio culturel mixte ,d'un registre hybride de langue qui mériterait réflexion. les crises économiques et les agitations sociales dans un environnement hétérogène ont souvent conduit les membres d'une même communauté à se reproduire sur un style propre à eux qui comprendrait bien sûr un répertoire linguistique ,cette fois-ci ,plus au moins homogène et endogène ,largement puisé dans la langue d'origine. dans les différentes étapes ,et péripities de l'histoire algéro-française ,l'engouement pour l'apprentissage de la langue française était fort du fait que c'est un outil primordial pour s'insérer et s'intégrer dans une société .les grands parents algériens ont souvent œuvré dans ce sens et mon père qui fut un travailleur immigré était très content de montrer qu'il parlait français de son retour en algérie pendant les vacances. bien sûr beaucoup de familles algériennes résidaient déjà en france et pour elles l'expérience linguistique était forte intéressante. cette ouverture linguistique qui a forcément conduit au mixage des gens des cultures et des langues allait reconnaître la renaissance d'un langage hybride puis petit à petit un véritable désir de parler la langue des ancêtres . la volonté d'apprendre la langue est-elle devenue un devoir,une nécessité de s'afficher comme telle ou plus que ça ,peut-être même une revendication identitaire chez les jeune arabes d'aujourd'hui ?quel est le type parlé de la langue arabe ?juste du bricolage ou les jeunes ont-ils maintenant un vrai bagage en langue arabe qui leur permet vraiment de lire et de comprendre cette langue ?une étude de terrain est prévoir au prés d'un un échantillon représentatif au niveau des collèges et des lycées qui sera assortit d'analyses et de commentaires. des enregistrements sonores et des productions textuelles sont à prévoir…


  • Pas de résumé disponible.