Le passé comme source de légitimité politique. L'instrumentalisation de l'histoire en Pologne depuis 1945.

par Valentin Behr

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Yves Déloye et de Vincent Dubois.

Thèses en préparation à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales – Perspectives européennes (Strasbourg) depuis le 26-10-2010 .


  • Résumé

    Dans la lignée d'une réflexion pluridisciplinaire sur les usages politiques du passé, il s'agit de s'interroger sur les mécanismes de construction d'une mémoire collective, mais aussi sur les instrumentalisations possibles de cette mémoire par le pouvoir politique. a partir d'une étude de cas menée sur la pologne, il s'agira de donner à voir à la fois les spécificités d'un pays qui entretient un rapport particulièrement émotionnel à son passé, mais aussi d'appréhender sous un autre angle les réticences vis à vis de l'intégration européenne rencontrées dans ce pays. une telle recherche rejoint les interrogations sur l'identité européenne et les fondements d'une histoire commune, cette problématique ne pouvant être abordée sans tenir compte des représentations nationales et de la mémoire collective. trois cas d'instrumentalisation de l'histoire seront traités, dans une perspective temporelle qui s'étend de 1945 à nos jours : la recherche de légitimité politique par les communistes au pouvoir en pologne (1945-1989), les usages politiques de l'histoire par l'opposition démocratique pour légitimiser sa position et délégitimer celle des communistes (1976-1989), le recours à l'histoire comme moyen de lutte politique dans un pays démocratique (la 'politique historique' des frères kaczynski à partir de 2005). la littérature sur les usages politiques du passé comparant d'ordinaire peu dans le temps, on montrera que ces trois exemples de recours au passé dans le processus de légitimation politique peuvent être lus comme trois tentatives d'acquisition d'un soutien politique et social fondé sur un ancrage dans l'histoire nationale. il s'agira de se demander en quoi la pologne constitue une idéal-type de nationalisation de l'histoire, fondé sur la mise en exergue de spécificités qui seraient constitutives de l'unicité du cas polonais.


  • Pas de résumé disponible.