Le droit a-t-il un fondement démocratique? une analyse comparative de la théorie juridique et politique de Hans Kelsen, Ronald Dworkin et Jürgen Habermas.

par Kevin Bouchard

Projet de thèse en Histoire du droit

Sous la direction de Philippe Raynaud.

Thèses en préparation à Paris 2 , dans le cadre de École doctorale histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (Paris) depuis le 28-10-2010 .


  • Résumé

    Dans la deuxième moitié du XXe siècle, plusieurs théories juridiques ont cherché à prendre leurs distances par rapport à la neutralité axiologique supposée par certaines conceptions positivistes du droit. Ces théories tentent de lier à nouveau la question de la légalité du droit à celle de sa légitimité en se fondant sur des principes démocratiques. Les philosophies de R. Dworkin et de J. Habermas représentent bien cette approche, puisqu'elles définissent toutes les deux le droit dans son rapport de conformité avec certains principes fondamentaux que doit réaliser la démocratie. Cette vision des rapports entre le droit et la démocratie s'oppose diamétralement à la pensée que H. Kelsen a développée au début du XXe siècle. Dans sa tentative d'établir une véritable science du droit, H. Kelsen argumente en faveur de la séparation la plus parfaite possible entre le droit et la politique. Notre question de recherche sera la suivante : faut-il chercher au droit un fondement normatif dans la démocratie? ou bien est-il préférable de l'envisager de manière neutre et de rester critique par rapport aux tentatives visant à l'associer à la démocratie? nous examinerons l'hypothèse selon laquelle les compréhensions différentes du rapport entre le droit et la démocratie qui sont développées chez H. Kelsen, J. Habermas et R. Dworkin dépendent de leur conception du rôle de la raison dans la sphère morale et politique. alors que H. Kelsen est sceptique quant à la possibilité de découvrir par la raison des valeurs universelles, parce qu'elles dépendent toujours de la volonté des hommes, J. Habermas et R. Dworkin pensent que le régime démocratique moderne tend à incarner de telles normes.


  • Pas de résumé disponible.