La politique de la gouvernance de les plateformes.

par Ellen emilie Henriksen

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de James Peter Burgess.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales , en partenariat avec La République des Savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement opérateur d'inscription) depuis le 01-09-2020 .


  • Résumé

    Cette thèse explorera la gouvernance des plateformes de médias sociaux en temps de crise du point de vue de la philosophie de la technologie. Elle conceptualisera la gouvernance des plates-formes à deux niveaux. Au niveau micro, la gouvernance des plateformes implique une gouvernance algorithmique et la coproduction de médias sociaux et de la société/individus. Au niveau macro, l'interférence de l'État dans l'économie et la communication sur les médias sociaux, ainsi que la raison d'être du capitalisme de plate-forme seront au centre de la réflexion. En outre, l'autonomie des plateformes résultant de politiques propres et de politiques initiées par les utilisateurs sera centrale. Afin de démêler la toile de la gouvernance des plateformes, la thèse utilise la gouvernance de Twitter à la lumière du risque de fausses nouvelles, dans le contexte de la crise politique aux États-Unis, résultant de l'épidémie de corona et de la vague de protestations de Black Lives Matter, comme cas pour répondre à la question de recherche "Quelles sont les constructions matérielle-discursives constituant la gouvernance des plateformes à la lumière du risque perçu de mauvaises nouvelles?

  • Titre traduit

    The Politics of Platform Governance


  • Résumé

    This thesis will explore the governance of social media platforms in times of crisis from the perspective of philosophy of technology. It will conceptualise platform governance on two levels. On the micro-level platform governance involves algorithmic governance and the co-production of social media and society/individuals. On the macro-level, state interference in the economy and communication on social media, as well as the rationale of platform capitalism will be central. Additionally, the self-governance of platforms resulting from own, and user initiated policies, will be central. In order to untangle the web of platform governance, the thesis employs the governance of Twitter in light of the risk of fake news, in the context of political crisis in USA, resulting from the corona epidemic and the wave of Black Lives Matter protests, as a case to answer the research question "What are the material-discursive constructs constituting platform governance in light of the perceived risk of junk news?