Les collèges normands à Paris à la fin du Moyen Âge. Histoire institutionnelle et étude prosopographique de leur recrutement

par Marion Bernard

Thèse de doctorat en Études médiévales

Sous la direction de Jacques Verger.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Centre Roland Mousnier (Paris) (laboratoire) depuis le 01-07-2010 .


  • Résumé

    Les collèges universitaires, qui se multiplièrent à Paris à compter de la seconde moitié du XIIIe siècle, jouèrent au cours des XIVe et XVe siècles un rôle croissant au sein de l’Université. Plusieurs de ces établissements étaient destinés à l’accueil d’étudiants d’origine normande, qui choisissaient le plus souvent la capitale du royaume de France pour y poursuivre leurs études. Ce travail se consacre à l’étude de quatre d’entre eux, les collèges du Trésorier (fondé en 1268), d’Harcourt (fondé en 1311), de Justice (fondé en 1349) et de Maître-Gervais (fondé en 1371) ; textes de fondation et textes statutaires livrent de précieux éléments sur leur constitution et leur organisation. Ces établissements accueillirent jusqu’à la fin du Moyen Âge plusieurs centaines de maîtres et étudiants ; une étude prosopographique permet de déterminer les principales caractéristiques de ces socii : origine géographique et sociale, études et carrière au sein de l’Université, détention de bénéfices ecclésiastiques. Les sources permettent également de saisir l’existence d’un réseau de relations entre ces maîtres et étudiants, dont la nation de Normandie et les collèges se faisaient les relais. Le tome 2 présente une édition de pièces justificatives (actes de fondation, statuts, comptes) ainsi que des fiches prosopographiques.

  • Titre traduit

    Norman Colleges in Paris in the late Middle Age. An institutional history and Prosopographic Analysis of their Recruitment


  • Résumé

    University colleges, multiplied in Paris from the second half of the thirteenth century ; during the fourteenth and fifteenth centuries, they played a growing role within the University. Several of these were meant host scholars of Norman origin, who most often chose the French royal capital to further their education. This thesis is devoted to the study of four of them ; the colleges of Trésorier (founded in 1268), Harcourt (1311), Justice (1349) and Maître-Gervais (1371); the acts of foundation and statutory texts provide valuable information on their creation and organization. Until the end of the Middle Ages, these colleges welcomed several hundred masters and students; a prosopographic study helps determining their main characteristics: geographical and social origins, studies and careers within the University, possession of ecclesiastical benefices. The sources also make it possible to grasp the existence of a network of relationships between these masters and students, which the Norman nation and the colleges were fostering. The second volume of this thesis gathers several edited document, including: foundation acts, statutes, accounts, as well as prosopographic files.