Dramaturgies en relation : processus compositionnels d'écriture théâtrale collective. Tendances et perspectives

par Marcus vinicius Borja de Almeida Filho

Thèse de doctorat en Études théâtrales

Sous la direction de Joseph Danan et de Sílvia Fernandes.

Thèses en préparation à Paris 3 en cotutelle avec l'Université de São Paulo , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Institut de recherches en études théâtrales (Paris) (equipe de recherche) depuis le 17-12-2009 .


  • Résumé

    Cette recherche s’inscrit dans la continuité du travail poursuivi en Master 2 dans cette même université, dont le mémoire, soutenu en 2009, s’intitule « Du théâtre d’après un texte vers le texte d’après un théâtre ; dramaturgie et collectivité ». Son but est de problématiser la dichotomie texte-scène ainsi que la pensée binaire qui persiste encore derrière cette opposition. Pour cela, il s’agira d’interroger l’évolution et les différentes acceptions des concepts de dramaturgie ainsi que les changements qu’ont subi la place et les fonctions du dramaturge au sein de la création théâtrale actuelle. La définition/proposition des termes dramaturgisme et dramaturgiste – aussi bien au sein de l’institution qu’à celui de la création théâtrale – aideront à mieux distinguer ces concepts tout en les relativisant à la lumière des nouvelles manières de concevoir la création dramaturgique et les nouveaux paradigmes relationnels au sein des compagnies depuis une vingtaine d’années. L’idée de composition, tout comme celles de contrepoint et cartographie, nous seront, ici, autant d’outils pour mieux comprendre ces nouveaux territoires dramaturgiques. Il s’agit d’identifier, comparer et analyser les processus structurels et organisationnels de quelques compagnies théâtrales – notamment la création collective et surtout le processus collaboratif, surgi au Brésil dès la seconde moitié des années 1990 – qui, contrairement à la tendance actuelle (vérifiable au cours des vingt dernières années) tournent le dos au texte dramatique préexistant, à savoir le fait d’un auteur dramatique considéré comme tel, et construisent leur propre dramaturgie, issue de l’improvisation, de la recherche immédiate sur le plateau et du travail collectif. La dramaturgie prend ainsi un « troisième sens » qu’il convient de définir et théoriser à l’aide d’exemples concrets et d’un travail de terrain approfondi auprès de metteurs en scène, dramaturges et comédiens qui pratiquent une écriture plurielle et présentielle, sans cesse renouvelée. Quelle place possible pour la création textuelle, affranchie de tout rapport de force ou « dictature de sens » ? À quel point ces nouveaux processus déjouent ou rejouent le binarisme texte-scène ?

  • Titre traduit

    Dramaturgies in relation : compositional processes of collective theatre writing : trends and perspectives


  • Résumé

    This research is the continuity of the Master’s work undertaken in this University and moreover of a dissertation defended in 2009 entitled « From Theatre from Text to Text from Theatre ; dramaturgy and collectivity ». The aim is to question the dichotomy between the text and the stage as well as the generally binary thinking behind it. In order to do so we will inquire into the different pre-established concepts of dramaturgy and their evolution, and the changes in the functions and position of the dramaturge in contemporary theatre. The definition/suggestion of the terms dramaturgism and dramaturgist, in both contexts of theatrical institution and stage creation, will help better distinguish these ideas that we shall place in the perspective of new dramaturgical concepts as well as new paradigms of relationships within theatre companies in the past 20 years. The terms « composition », « counterpoint » and « cartography » shall help us to understand these new dramaturgical territories. The aim is to identify, analyze and compare the structural and organizational processes (notably collective creation and specifically the collaborative process, as it emerged in Brazil in the second half of the 90’s) of a few theatre companies that (against the current of the last twenty years) have veered away from pre-existing dramaturgical text and the idea of a theatrical author regarded as such, and have constructed their own unique dramaturgy from improvisation, immediate research within the space and the collective work. Dramaturgy is thus given a « third meaning » that needs to be defined and theorized with specific examples and extensive research with directors, dramaturges and actors who practice this present, plural and continuously renewed writing. What space is this where « the invention of writing » can exist free from binary thinking or « dictatorship of meaning » ? To what extent can these new processes redo or undo the dichotomous pair : text and stage ?