Caractérisation du risque sanitaire associé aux agents pathogènes zoonotiques vectorisés par les tiques : possibilité d'émergence de Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo par l'installation de la tique Hyalomma marginatum dans le sud de la France

par Célia Bernard

Projet de thèse en Ecologie de la santé

Sous la direction de Philippe Holzmuller.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau , en partenariat avec ASTRE - Animal, Santé, Territoires, Risques et Ecosystèmes (laboratoire) depuis le 01-04-2020 .


  • Résumé

    La Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) est une zoonose virale hémorragique en recrudescence dans le bassin méditerranéen. Elle s'exprime chez l'homme par un syndrome fébrile non spécifique suivi d'hémorragies internes, cutanées et des muqueuses, aboutissant dans 10 à 30% des cas à la mort du malade. Le Nairovirus responsable de cette maladie est, entre autres, transmis par les tiques du genre Hyalomma qui sont à la fois des vecteurs et des réservoirs. Certains hôtes vertébrés de ces tiques comme les bovins, les petits ruminants, les lapins ou les hérissons sont aussi des réservoirs transitoires de virus, et donc des sources potentielles d'infection pour les tiques, sans présenter de signes cliniques. Compte-tenu de l'actuelle installation de la tique Hyalomma marginatum dans le sud de la France continentale et des récents cas humains de FHCC en Espagne, il est important de connaître la situation épidémiologique sur notre territoire. Une première enquête sérologique réalisée de 2014 à 2016 sur des bovins et petits ruminants corses, où la tique H. marginatum est présente depuis des décennies, a prouvé la présence d'anticorps dirigés contre le virus FHCC chez ces animaux. Le virus n'a toutefois pour l'instant pas été isolé. De plus, des collectes réalisées depuis deux ans sur le terrain par le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) ont confirmé la présence de la tique vectrice H. marginatum dans quelques départements du sud de la France, en plus de la Corse. Il est prévu que des enquêtes sérologiques y soient menées dès 2020 pour révéler la possible circulation du virus FHCC. Ainsi, le travail de thèse a pour objectif général de caractériser, d'estimer et de mieux comprendre les facteurs sous-jacents à la répartition spatiale du risque de transmission du virus de la FHCC, mais aussi d'autres agents pathogènes, transmis par la tique Hyalomma marginatum en France (Corse et continent).

  • Titre traduit

    Sanitary risks associated with zoonotic tick-borne pathogens: possible emergence of Crimean Congo Hemorrhagic Fever resulting from the establishment of the tick H. marginatum in south of France


  • Résumé

    Crimean-Congo Hemorrhagic Fever (CCHF) is a viral hemorrhagic zoonosis that is emerging in the Mediterranean basin. It is characterized in humans by a nonspecific febrile syndrome followed by internal, skin and mucous membrane hemorrhages, resulting in 10 to 30% fatality rate. The Nairovirus responsible for this disease is transmitted, among other pathways, by ticks of the genus Hyalomma, which are both vectors and long-lasting reservoirs. Some vertebrate hosts of these ticks such as cattle, small ruminants, rabbits or hedgehogs are also transient reservoirs of viruses, without showing clinical signs. Given the current establishment of the Hyalomma marginatum tick in the south of mainland France and the recent human cases of CCHF in Spain, it is important to know the epidemiological situation on our territory. An initial serologic survey conducted from 2014 to 2016 on Corsican cattle and small ruminants, where the H. marginatum tick has been present for decades, has shown the presence of antibodies directed against the CCHF virus in these animals. However, the virus has not yet been isolated. In addition, field collections carried out over the past two years by CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) have confirmed the presence of the vector tick H. marginatum in some departments from south of France, in addition to Corsica. Serological investigations are expected to be conducted as early as 2020 to reveal the possible circulation of the CCHF virus in this part of France. Therefore, the main objective of this thesis is to characterize, estimate and better understand the factors influencing the spatial distribution of risks of transmission for several pathogens transmitted by ticks in south of France and in particular of the CCHF virus transmitted by the tick Hyalomma marginatum.