Une « relance » de la défense européenne ? Sociologie politique des champs d'acteurs au coeur de la sécurité

par Sara Valeri

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Andy Smith et de Didier Georgakakis.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Centre Emile Durkheim (laboratoire) depuis le 16-07-2020 .


  • Résumé

    Cette thèse prend pour objet d'étude l'espace social où se pratique la « relance » de l'intégration européenne en matière de défense depuis 2016. Il vise plus particulièrement à interroger la possibilité même de cette « relance » dans un contexte de fragmentation à l'échelle européenne, voire de désintégration. Croisant les méthodologies constructivistes aux approches sociologiques par champs, cette recherche entreprendra de cartographier les acteurs impliqués autour de deux instruments récents : la Coopération Structurée Permanente (CSP) et le Fonds européen de la défense (FED). Une analyse de leurs positionnements et de leurs logiques d'investissement sera conduite selon des lignes « transversales » qui n'ont pas encore été explorées (itinéraires de carrière, rivalités dans le champ, coalitions inter-champs) et qui relèvent de la sociologie politique de l'Europe. On ambitionne ainsi, non seulement de décloisonner l'étude de la défense européenne, encore trop marquée par la division institutionnelle et normative entre les domaines politico-stratégique et économico-industriel ; mais aussi de dépasser les analyses intergouvernementalistes traditionnelles en considérant l'origine nationale comme une variable parmi d'autres. Cette recherche repose essentiellement sur la conduite d'entretiens semi-directifs et d'enquêtes par questionnaires auprès de fonctionnaires européens, de représentants nationaux, de militaires et de représentants industriels (Bruxelles), ainsi que de personnels des bureaucraties et des instances militaires nationales (Paris, Londres, Berlin, Stockholm et/ou Varsovie). La portion nationale de la population interrogée ouvrira la voie à une perspective « différenciée » sur la défense européenne, qui prenne en compte les cadres de coopération à l'échelle bilatérale, « minilatérale » et multilatérale.

  • Titre traduit

    A "Relaunch" of European defence? A Politicial Sociology of Fields in the Study of Key Security Actors


  • Résumé

    This research project studies the social space wherein a “relaunch" of European defence integration has been taking place since 2016. More specifically, it aims at examining the very possibility of this "relaunch" in a context of European fragmentation –or even disintegration. Combining constructivist methodologies with “field”-centred sociological approaches, this research will undertake to map the actors involved around two recent instruments: the Permanent Structured Cooperation (PeSCo) and the European Defence Fund (EDF). The actors' positioning and their investment logic will be analysed along "transversal" lines which have not yet been explored (career paths, rivalries in the field, inter-field coalitions) but for which the political sociology of Europe offers new insights. The aim is thus not only to decompartmentalise the study of European defence, which hitherto has been heavily marked by the institutional and normative division between the politico-strategic and the economic-industrial field; but it is also to go beyond traditional intergovernmental analyses by considering agents' national origin as one variable among others. This research will be based essentially on the conducting of semi-directive interviews and questionnaire surveys among European officials, national representatives, military and industrial representatives (Brussels), as well as in national bureaucracies and military bodies (Paris, London, Berlin, Stockholm and/or Warsaw). The national section of the population surveyed will pave the way for a "differentiated" perspective on European defence, one that takes into account bilateral, "minilateral" and multilateral cooperation frameworks.