Résilience de la gestion de l'eau en zone méditerranéenne face aux changements globaux : cas des vallées des Gardons

par Antoine Fricard

Projet de thèse en Sciences de l'Eau

Sous la direction de Guillaume Junqua et de Emmanuelle Cadot.

Thèses en préparation à l'IMT Mines Alès , dans le cadre de Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau , en partenariat avec HSM - Hydrosciences Montpellier (laboratoire) et de Eau, Ressources, Territoires (equipe de recherche) depuis le 01-10-2019 .


  • Résumé

    Le présent projet vise à proposer une méthodologie de caractérisation et d'analyse des conséquences de ces changements sur la qualité de l'eau et ses usages, et leurs impacts directs ou indirects sur la santé humaine en combinant deux approches complémentaires : l'analyse de cycle de vie (ACV) et l'évaluation des impacts sanitaires par le calcul des DALYs (Disability Adjusted Life years ou EVCI, Espérance de vie corrigée de l'incapacité). L'ACV sera une des méthodologies utilisées. Elle présente l'avantage de pouvoir évaluer des impacts environnementaux durant tout le cycle de vie d'un produit (ou d'un service, par exemple d'approvisionnement en eau) et de pouvoir comparer différents scénarios (ISO 14040, 2006 ; ISO 14044, 2006). Dans le cadre de ce sujet, cette méthodologie d'ACV permettra la mesure des pressions (prélèvements et pollutions) et des impacts environnementaux générés par les activités humaines à l'échelle d'un territoire sur la ressource en eau en présence d'un forçage de changement climatique. Cette méthodologie permettra de caractériser les transferts d'impacts 1/ dans l'espace, car ces activités vont générer des impacts non seulement dans le territoire mais aussi dans d'autres territoires 2/ dans le temps, en évaluant la ressource en eau disponible pour les générations futures (Pradinaud et al., 2019). La diminution possible de la quantité d'eau disponible pour un usage donné peut engendrer des impacts liés à la privation de l'eau pour les écosystèmes et les populations, la consommation d'une eau de qualité non conforme, avec de possibles effets de toxicité ou de pathogènes. Le recours à des technologies de traitement de l'eau plus poussées ou à des ressources alternatives (reuse, importations), en fonction des conditions socio-économiques locales, peut aussi causer d'autres types d'impacts. Des travaux précédemment réalisés (Pradinaud et al., 2018) ont permis de construire des voies d'impacts associées à une dégradation de la qualité de l'eau . Cependant, les modèles de toxicité utilisés sont génériques et simplifiés. Les aspects cumulatifs des différentes activités sont aussi pris en compte ainsi que les spécificités régionales (ressources en eau disponibles, conditions socio-économiques conditionnant les usages et les technologies utilisées : Développement du « supply water mix », Leao et al., 2018, 2019), en tentant de décliner le Water Supply Mix développé précédemment d'une échelle régionale à une échelle locale. L'évaluation des impacts sanitaires s'appuiera sur le calcul des DALYs qui est une mesure de la charge de morbidité globale, exprimée par le nombre cumulée d'années de vie perdues en raison d'une mauvaise santé, d'un handicap ou d'une mort prématurée. Le calcul des DALYs se base tant sur la morbidité observée dans une population que sur la mortalité enregistrées et se fonde donc sur l'utilisation de bases de données diverses (recensement de population, enquêtes spécifiques, état-civil, etc.).Les DALYs peuvent être calculés à l'échelle d'un pays ou d'un groupe de population. Ils sont utilisés par l'OMS pour estimer la charge mondiale de morbidité (GBD Global Burden of Diseases) et peuvent se décliner par pathologies ou groupes de maladies. Mais l'utilisation d'un tel indicateur permet aussi de conduire des analyses comparatives de risques, c'est à dire de comparer l'impact de différents facteurs de risque qu'ils soient comportementaux (consommation de tabac, alcool, etc.) ou individuels (sexe, âge, nationalité, etc.) (Ezzati et al., 2002). Cet indicateur est aussi largement mobilisé pour estimer les impacts potentiels du changement climatique (WHO, 2003).

  • Titre traduit

    Resilience of water management in the Mediterranean basin under global changes: the case of the Gardon watershedshed


  • Résumé

    This project aims to develop a methodology for the characterization and analysis of the consequences of global changes on water quality and its uses, using two complementary approaches: life cycle assessment (LCA) and health impact assessment. LCA allows to assess environmental impacts throughout the life cycle of a product or service, (i.e. water supply) and to compare different scenarios (ISO 14040, 2006, ISO 14044 , 2006). LCA methodology thus assesses pressures (water consumption and pollution at the LCI step) and impacts on the water resource generated by human activities at the scale of a territory under climate change. This methodology characterizes impact transfers 1 / in space, because these activities will generate impacts not only in the territory but also in other territories 2 / in time, by evaluating the available water resource for future generations (Pradinaud et al., 2019). Work previously carried out (Pradinaud et al., 2018) has made it possible to construct pathways associated with water quality degradation. However, the toxicity models used are generic and simplified. The possible reduction on the quantity of water available for a given use can lead to water deprivation impacts for ecosystems and populations, the consumption of non-compliant water, with possible toxicity or pathogens effects. The use of advanced water treatment technologies or alternative resources (reuse, imports), depending on local socio-economic conditions, may also cause other types of impacts. The cumulative aspects of the human activities will be also taken into account as well as the regional specificities (available water resources, socio-economic conditions conditioning the uses and the technologies used: Development of the supply water mix, Leao et al., 2018, 2019 ), attempting to decline the previously developed Water Supply Mix from a regional scale to a local scale. The health impact assessment will be based on the calculation of the DALYs, which is a measure of the global burden of disease, expressed as the cumulative number of years of life lost due to poor health, disability or premature death. The calculation of the DALYs is based on both morbidity observed in a population and mortality recorded; It is therefore based on the use of various databases (population census, specific surveys, vital statistics, etc.). DALYs can be calculated at the level of a country or a population group. They are used by WHO to estimate the global burden of disease (GBD Global Burden of Diseases) and can be broken down by pathologies or groups of diseases. The use of this indicator also makes it possible to conduct comparative risk analyzes, ie to compare the impact of various risk factors,: behavioral (consumption of tobacco, alcohol, etc.) or individuals (gender, age, nationality, etc.) (Ezzati et al., 2002). This indicator is also widely used to estimate the potential impacts of climate change (WHO, 2003).