Eugène Delacroix et la guerre d'Indépendance grecque

par Mai Yuasa

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Marc Decimo.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent , en partenariat avec Histoire des Arts et des Représentations (laboratoire) depuis le 07-12-2018 .


  • Résumé

    Mes recherches portent sur les images de la guerre d'Indépendance grecque chez Eugène Delacroix (1798-1863), à savoir la représentation des Grecs modernes. Contre l'occupation des Ottomans datant du milieu du XVe siècle, les Grecs se révoltent en 1821. En Europe, l'opinion publique applaudit à la lutte du pays qui est le berceau de la philosophie, des arts et de la démocratie. Les philhellènes ne tardent pas à organiser des comités pour apporter un soutien financier aux insurgés grecs, parmi lesquels celui de Paris se montre le plus actif. Avec son tableau de 1824 intitulé Scènes des massacres de Scio, Delacroix est devenu le premier artiste français à représenter la guerre d'Indépendance grecque dans une peinture d'histoire de grande dimension. Le caractère pionnier de son travail a été bien souligné dans des études antérieures, comme celle d'Athanassoglou-Kallmyer sur l'histoire des images de la guerre d'Indépendance grecque. Pourtant en cherchant l'intérêt intérieur du peintre, on pourrait penser que la signification de l'image grecque n'a pas été suffisamment examinée. De fait la picturalisation de la lutte grecque par Delacroix suscite des quantités de questions : sa sympathie pour la pensée libérale, sa fascination pour l'antiquité classique, son amour de la littérature et enfin surtout son attachement à l'orientalisme. Je vais aborder ces problèmes à travers l'analyse de la représentation des Grecs.

  • Titre traduit

    Eugène Delacroix and the Greek War of Independence


  • Résumé

    My research focuses on the images of the Greek War of Independence in Eugène Delacroix (1798-1863), namely the representation of modern Greeks. Against the Ottoman occupation dating back to the mid-fifteenth century, the Greeks revolted in 1821. Public opinion in Europe applauded the struggle of the country that was the cradle of philosophy, arts and democracy. Philhellenes were quick to organise committees to provide financial support to the Greek insurgents, of which the Paris committee was the most active. With his 1824 painting The Massacre at Chios, Delacroix became the first French artist to depict the Greek War of Independence in a large-scale historical painting. The pioneering character of his work has been well highlighted in earlier studies, such as Athanassoglou-Kallmyer's study of the history of images of the Greek War of Independence. Yet in searching for the painter's inner interest, one might think that the meaning of the Greek image has not been sufficiently examined. In fact, Delacroix's pictorialization of the Greek struggle raises a number of questions: his sympathy for liberal thought, his fascination with classical antiquity, his love of literature and, above all, his attachment to Orientalism. I will address these issues through the analysis of the representation of the Greeks.