L'accueil des demandeurs d'asile par France terre d'asile. Analyse socio-historique d'une tradition française.

par Romane Sabrié

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Stéphane Dufoix.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Économie, organisations, société , en partenariat avec Sociologie, philosophie et socio-anthropologies politiques (laboratoire) depuis le 12-11-2018 .


  • Résumé

    Abondamment critiquées pour leur capacité limitée et montrées du doigt comme responsables de la création de campements sur l'ensemble du territoire français, les structures d'accueil ou d'hébergement d'urgence pour les personnes migrantes ne sont guère étudiées en tant que telles. En effet, le Dispositif national d'accueil, pourtant diversifié, reste méconnu. Ma thèse cherche, à travers une enquête ethnographique associant observations participantes, entretiens et travail sur archives, à prendre ces lieux d'accueil gérés par le monde associatif et particulièrement par France terre d'asile, comme objet d'étude à part entière. Il s'agit de comprendre – à partir d'une perspective socio-historique – dans quel contexte les premiers centres d'accueil pour demandeurs d'asile ont été pensé, créés et comment ils se se sont pérennisés. Il est d'autant plus important de le penser de manière historicisée afin de questionner la genèse de cet accueil et son adaptation aux réalités migratoires : qu'est ce que l'évolution de l'accueil des personnes migrantes par France terre d'asile laisse transparaître des politiques publiques d'immigration et d'asile qui se sont succédées ? Ainsi, c'est à la croisée des sociologies politique, des migrations ou encore du monde associatif, que j'entends appréhender cet accueil, non comme un phénomène allant de soi, mais bien à travers ses dimensions d'héritage national, d'enjeu politique, de droit humain et de devoir de protection.

  • Titre traduit

    The reception of asylum seekers by France terre d'asile. Socio-historical analysis of a French tradition.


  • Résumé

    Widely criticized for their limited capacity and pointed out as responsible for the creation of camps throughout France, emergency reception or accommodation facilities for migrants are hardly studied as such. Indeed, the national reception system, although diversified, remains unknown. My thesis seeks, through an ethnographic survey combining participating observations, interviews and archival work, to take these places of reception managed by the associative world and particularly by France terre d'asile, as an object of study in its own right. The aim is to understand - from a socio-historical perspective - in which context the first reception centres for asylum seekers were conceived, created and how they have been sustained. It is all the more important to think about it in a historicalized way in order to question the genesis of this reception and its adaptation to migratory realities: what does the evolution of the reception of migrant people in France, a land of asylum, reveal about the successive public immigration and asylum policies? Thus, it is at the crossroads of political sociologies, migration and the associative world that I intend to approach this reception, not as a self-evident phenomenon, but rather through its dimensions of national heritage, political stakes, human rights and the duty to protect.