Objets d'arts vivants. La circulation des arts décoratifs entre les scènes théâtrales française et britannique entre 1851 et 1908

par Barbara Khelifi (Bessac-Khelifi)

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Remi Labrusse et de Jim Davis.

Thèses en préparation à Paris 10 en cotutelle avec l'Université de Warwick , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent , en partenariat avec Histoire des Arts et des Représentations (laboratoire) depuis le 28-09-2018 .


  • Résumé

    Londres et Paris, centres économiques et culturels prépondérants pendant la seconde moitié du XIXe siècle, connaissent à cette période l'apothéose d'un théâtre fastueux et spectaculaire. Pour satisfaire l'œil d'une société du divertissement en devenir, le monde des arts vivants redouble d'efforts pour innover dans la création d'images scéniques. Ainsi, la scène se trouve au point d'intersection de tous les arts et devient une véritable plateforme collaborative entre artistes. Cette étude explore la mise en scène dans sa conception idéale, dans son aspect visuel, comme dans sa matérialité. Elle fait le lien entre le monde de arts décoratifs et celui des arts vivants, ainsi qu'entre Paris et Londres, afin de proposer une relecture transnationale de l'historiographie des arts appliqués et du design en y incluant le rôle significatif des arts de la scène. En suivant les expériences artistiques militant pour la symbiose entre les arts depuis 1851 et l'Exposition universelle de Londres, jusqu'à l'Exposition Franco-britannique de 1908 – « Arts and Crafts », « Esthétisme », Art nouveau... – il sera question de déterminer en quoi les arts vivants ont été une expérience artistique totale et comment ont-ils promu ces nouvelles formes et théories décoratives dans le monde artistique ? Comment les pratiques décoratives sur scène reflètent-elles les pratiques décoratives privées ? Comment le décor de scène a-t-il influencé le décor domestique ? Cette analyse interdisciplinaire aborde divers aspects de ces circulations : la représentation matérielle de l'altérité sur scène, les pratiques de mise en scène dans la décoration intérieure, les dispositifs spectaculaires des Expositions internationales, ou encore les trajectoires professionnelles des artistes impliqué·e·s dans la production des performances.

  • Titre traduit

    Performing crafts. Circulations of applied arts between British and French theatre stages (1851-1908)


  • Résumé

    During the second half of the 19th century, London and Paris, dominating economic and cultural centres, reached the peak of spectacular and sumptuous theatre. To satisfy the eye of a nascent entertainment society, the main proponents of performance innovated in the creation of scenic living pictures. The stage was at the crossroads of various arts and became a collaborative platform between artists. The dissertation proposes to explore stage direction in its ideal conception, in its visual aspect and in its materiality. Through stage pictures, artists produced a discourse on art and its role in society. Just as museums, fin-de-siècle stages are spaces merging reality and imagination. They condense larger artistic and historical stakes of a specific time: the golden age of spectacular theatre, before it disappeared in favour of avant-garde and cinema. More than being an inspiration, theatre lead to circulations of artists and their works, here between France and Great Britain, and enabled the diffusion of new decorative forms. Following the main reformer movements campaigning for symbiosis of all arts since 1851 (London World Fair), until 1908 (Franco-British Exhibition) – especially Arts and Crafts and Art Nouveau – the dissertation will analyse the links between these arts, both decorative and pictural, and the stage. How was performance a total artistic experience for these artists? How did the circulation of decorative artists and their works through theatre allow the renewal and promotion of decorative forms and the experience of arts in symbiosis?