Pratiques autogestionnaires et revendications des droits économiques, sociaux et culturels (DESC): vers de possibles synergies dans l'émancipation?

par David Hamou

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Stéphane Dufoix.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Économie, organisations, société , en partenariat avec Sociologie, philosophie et socio-anthropologies politiques (laboratoire) depuis le 06-09-2017 .


  • Résumé

    Dans un contexte de renforcement du néolibéralisme à l'échelle planétaire et d'essoufflement de la démocratie représentative, de nouveaux mouvements sociaux revendiquent le droit à la ville, l'usage collectif des communs urbains et la démocratisation radicale de la sphère publique. Ces mobilisations collectives contre la précarité sont ainsi le lieu de subjectivations politiques inédites, qui remettent en cause la logique de délégation parlementaire et la professionnalisation de la politique. Des initiatives à Barcelone illustrent cette dynamique. La victoire d'une plateforme citoyenne issue des mouvements des places et des mouvements sociaux aux élections municipales de 2015 a ainsi été le laboratoire d'un renouvellement du lien entre institutions et contre-institutions locales. Ce pari municipaliste ne vise pas à « prendre le pouvoir » local, mais à transformer les institutions en les soumettant à la délibération et au contrôle des mouvements sociaux et des habitants. Ce doctorat de sociologie se fonde ainsi sur une enquête ethnographique des mouvements sociaux de droit au logement à Barcelone, et des propositions législatives émanant de ces espaces d'autogouvernement collectif. Nous analyserons plus particulièrement le cas de la plateforme citoyenne autogérée PAH (Plateforme des Affectés par l'Hypothèque), qui dans un contexte de crise hypothécaire lutte contre les expulsions et le surendettement des familles. La PAH s'organise autour d'assemblées délibératives et combine désobéissance civile et propositions législatives visant à garantir des droits sociaux d'usage. Ces expériences de co-création de normes juridiques non-étatiques font émerger des synergies publico-communes fondées sur une réarticulation entre le politique et le social. D'une part, il s'agit de communaliser la sphère publique municipale, au-delà de l'Etat et du marché. D'autre part, ces pratiques d'autogouvernement collectif engendrent de nouvelles formes institutionnelles qui dépassent la gestion de communs isolés. Ainsi, si la loi semble dans un premier temps l'instrument de la souveraineté étatique, l'élaboration délibérative des droits sociaux au sein des mouvements sociaux peut faire de cette norme juridique un puissant outil d'émancipation et de démocratisation de l'activité politique.

  • Titre traduit

    Self-governement and the struggle for economical, social and cultural rights (ESCR): towards posible synergies?


  • Résumé

    Self-governement and the struggle for economical, social and cultural rights (ESCR): towards posible synergies?