La mémoire collective et l’identité ethnoculturelle des descendants des Morisques expulsés de l’Espagne au XVII siècle et installés aux pays du Maghreb

par Yulia Boldina

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Didier Lapeyronnie.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) depuis le 07-12-2009 .


  • Résumé

    Ce travail est consacré aux descendants des Morisques, population issue d’une immigration ancienne, arrivée au Maghreb après l’expulsion d’Espagne au XVIIème siècle. Après la chute de Grenade, les Morisques ont d’abord vécu plus d’un siècle en territoire chrétien (certains d’entre eux s’étaient même convertis sincèrement au christianisme) avant d’être expulsés et de s’établir, pour l’immense majorité d’entre eux, dans le Nord de l’Afrique. Au cours des siècles, ils ont maintenu leur identité ethnoculturelle à travers la mémoire collective et familiale, à travers les traditions, la musique, la langue aljamiado-morisque. La globalisation permet aujourd’hui à leurs descendants le maintien de la connexion avec la diaspora des Morisques partout dans le monde. La mondialisation renforce leur sentiment identitaire, tout en transformant leurs représentations identitaires. Au cours des siècles, cette communauté reste très attachée à l’Espagne. Elle insiste sur la reconnaissance de la mémoire historique. L’identité ethnoculturelle des Morisques aujourd’hui est en transition, elle est en construction et réaffirmation. Elle sert de base pour la formation de la diaspora morisque. Le travail s’appuie sur les entretiens menés avec des Morisques et les Sépharades en France, en Italie, en Espagne, en Tunisie, au Maroc, en Turquie et en Grèce.

  • Titre traduit

    Collective memory and ethnocultural identity of the descendants of the Moriscos expelled from Spain in the 17th century and settled in the countries of Maghreb


  • Résumé

    This work is devoted to the descendants of the Moriscos, population that comes from an ancient immigration, arriving in the Maghreb after their expulsion from Spain in the 17th century. After the downfall of Granada, the Moriscos lived over a century in Christian territory (some of them had even sincerely been converted to Christianity) before being expelled and settling, for the vast majority of them, in the North of Africa. Over the centuries they have maintained their ethnocultural identity through collective and family memory, through traditions, music, aljamiado language. Nowadays, the globalization allows their descendants to maintain the connection with the diaspora of the Moriscos around the world. Globalization reinforces their sense of identity, while transforming their identity representations. Over the centuries, this community remains committed to Spain. They insist on the recognition of the historical memory. Their ethnocultural identity today is in transition, it is under construction and reaffirmation. It is the basis for the formation of the diaspora of Moriscos. The work is based on interviews with Moriscos and Sephardic Jews in France, Italy, Spain, Tunisia, Morocco, Turkey and Greece.