Le recours au misoprostol dans les expériences d'avortement autogéré chez les femmes équatoriennes. Entre expertise profane et (ré) appropriation du corps.

par María Del salto

Projet de thèse en Démographie - Sociologie

Sous la direction de Carole Brugeilles.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Économie, organisations, société , en partenariat avec Centre de recherche sociologiques et politiques de Paris (laboratoire) depuis le 29-11-2018 .


  • Résumé

    À partir d'une approche ethnographique, ma thèse a pour but d'apporter des éléments sur l´utilisation du misoprostol dans les pratiques d´avortement en Équateur. En ce sens, le projet cherche à identifier dans un contexte de restriction légale, quelle est la place de l'avortement médicamenteux dans la gestion des grossesses non désirées et à discerner s´il s´agit d´une alternative à l´avortement à risque et d´un moyen pour contourner la sanction morale et pénale. En effet, la loi restrictive n´empêche pas le recours à l´avortement, les données attestent d'une pratique très courante qui confronte les femmes et leurs décisions d'interruption de grossesse, à diverses procédures clandestines, dont la sécurité dépendra de leur appartenance ethnique et de leur capital socio-économique. En ce sens, les complications liées aux avortements à risques, tels que la morbidité et la mortalité, ainsi que les procédures pénales et les condamnations touchent principalement les femmes précarisées et racisées. Dans ce contexte, cette recherche vise à situer d'une part, le caractère « métonymique » du misoprostol qui confère des possibilités d'utilisation totale hors de tout contrôle médical (Baxerres, 2018) et d'autre part, à analyser les pratiques d'avortement démédicalisées pour comprendre dans quelle mesure la réappropriation d´un savoir-faire scientifique et biomédicale par les femmes comporte des mécanismes d´ « agency » et d'autodétermination contre le pouvoir juridique, médical et moral qui régule le corps et la sexualité des femmes. Ainsi, cette thèse a pour but de saisir l´articulation de deux parcours biographiques dans la gestion de la grossesse non désirée : celui des femmes et celui du misoprostol où les récits des trajectoires de fécondité, de contraception et d´avortement chez les femmes contribuent à mettre leurs expériences en lien avec les récits de fabrication, circulation et distribution d´une molécule qui a rendu possible l'appropriation et la transmission des savoirs experts et des expertises profanes.

  • Titre traduit

    The use of misoprostol in self-managed abortion experiences among Ecuadorian women. Between profane expertise and (re)appropriation of the body.


  • Résumé

    Using an ethnographic approach, my thesis aims to provide elements on the use of misoprostol in abortion practices in Ecuador. In this sense, the project seeks to identify, in a context of legal restriction, the place of medical abortion in the management of unwanted pregnancies and to discern whether it is an alternative to unsafe abortion and a means of circumventing the moral and penal sanction. Indeed, the restrictive law does not prevent recourse to abortion, the data attest to a very common practice that confronts women and their decisions to terminate a pregnancy with various clandestine procedures, the safety of which will depend on their ethnicity and socio-economic capital. In this sense, complications related to unsafe abortions, such as morbidity and mortality, as well as criminal proceedings and convictions, mainly affect racialised and disadvantaged women. In this context, this research aims to situate, on the one hand, the 'metonymic' character of misoprostol which confers possibilities of total use outside of any medical control (Baxerres, 2018) and, on the other hand, to analyse demedicalised abortion practices to understand to what extent women's re-appropriation of scientific and biomedical know-how involves mechanisms of 'agency' and self-determination against the legal, medical and moral power that regulates women's bodies and sexuality. Thus, the aim of this thesis is to grasp the articulation of two biographical paths in the management of unwanted pregnancy: that of women and that of misoprostol, where the narratives of women's trajectories of fertility, contraception and abortion contribute to linking their experiences with the narratives of manufacture, circulation and distribution of a molecule that has made possible the appropriation and transmission of expert knowledge and profane expertise.