L'évolution des armements en Gaule durant l'Antiquité tardive : l'exemple de la la lance. Approche fonctionnelle, archéométrique et sociale entre le IIIe et le Ve s. apr. J.-C.

par Pauline Bombled

Projet de thèse en Archéologie - Ethnologie

Sous la direction de Paul Van ossel et de Michel Kazanski.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent , en partenariat avec Archéologies et Sciences de l'Antiquité (laboratoire) depuis le 13-10-2017 .


  • Résumé

    La lance est un objet qui, au cours de l'Antiquité, acquiert une plus grande importance. Dès le IIIe s. apr. J.-C., son port se généralise dans l'armée romaine. Elle n'équipe plus uniquement les cavaliers et les fantassins auxiliaires comme cela fut le cas durant tout le Haut Empire mais devient aussi l'arme de l'infanterie légionnaire. Son étude permet ainsi de mieux saisir sa place dans la panoplie du soldat et de déterminer son efficacité ainsi que celle des lanciers dans l'organisation tactique et stratégique des armées romaines. Au-delà de son usage en tant qu'arme, elle permet de se pencher sur certaines pratiques sociales des populations antiques. Arme de chasse, symbole juridique, politique, emblème de pouvoir et d'autorité, la lance, comme le soulignent les productions iconographiques de cette période, occupe une place importante dans les sociétés romaines et barbares de l'Antiquité tardive. L'inventaire des vestiges de lance et de javelot (talon, pointe, hampe) constitue l'outil de base de cette recherche. Il permet ainsi d'identifier les vestiges, de spécifier leurs critères distinctifs et leurs caractéristiques morphologiques, de définir les contextes de découverte au niveau du site et de l'unité archéologique à laquelle ils appartiennent, de signaler les éléments précisant leur chronologie. Ce corpus, adossé à une typologie rend compte de la répartition des lances et de leur nombre. La grande diversité des formes de fers de lances que soulignent les nombreuses découvertes archéologiques est souvent associée à la pluralité de ses utilisations en tant qu'arme. De nombreux chercheurs se sont attardés sur cette question des liens entre forme et fonction. Les affirmations, nombreuses, sont toutefois contradictoires d'un chercheur à un autre. L'expérimentation archéologique, combinée à l'analyse de la structure interne des pointes et à l'observation des déformations plastiques ou physico-chimiques sur les lames, peut apporter des éléments de réponse à cette problématique ancienne. Les analyses métallographiques sont aussi un moyen d'en étudier l'efficacité et la résistance. Elle offre aussi la possibilité de déterminer certaines méthodes de fabrication de ces vestiges. La Notice des Dignités ne mentionne qu'une seule fabrica spécialisée dans la conception des armes d'hast. Localisé à Irenopolis, en Cilicie (actuelle Turquie), il paraît peu probable que cet atelier ait à lui seul fourni en lances l'ensemble des armées de l'Empire romain. L'étude d'un échantillon ciblé d'ateliers métallurgiques peut sans doute permettre de mieux comprendre la distribution et le système d'approvisionnement des lances dans l'armée romaine. À partir de ces différents axes de recherche, il s'agit donc de répondre à un certain nombre de problématiques sur les lances : la question de leur fabrication, leur composition, leur utilisation, leurs influences, leur efficacité, leur approvisionnement, leur distribution et leur appartenance (civile ou militaire).

  • Titre traduit

    The evolution of arms in Gaul during late Antiquity: the example of the spear. Functional, archeometric and social approach between the 3rd and the 5th century AD.


  • Résumé

    The importance of the spear has considerably increased during Late Antiquity. From the third century AD, its port became generalized in the Roman army. It no longer equips only cavalrymen and auxiliary infantrymen, as was the case throughout the High Empire, but also becomes the weapon of the legionary infantry. Its study thus makes it possible to better grasp its place in the panoply of the soldier and to determine its effectiveness as well as that of the lancers in the tactical and strategic organization of the Roman armies. Beyond its use as a weapon, it allows us to examine certain social practices of ancient populations. As a hunting weapon, a legal and political symbol, an emblem of power and authority, the spear, as highlighted by the iconographic productions of this period, occupies an important place in Roman and barbarian societies of late antiquity. The inventory of the remains of spear and javelin (heel, toe, shaft) is the basic tool of this research. It thus makes it possible to identify the remains, to specify their distinctive criteria and morphological characteristics, to define the contexts of discovery at the level of the site and the archaeological unit to which they belong, and to indicate the elements specifying their chronology. This corpus, based on a typology, gives an account of the distribution of spears and their number. The great diversity of spear-iron shapes highlighted by numerous archaeological discoveries is often associated with the plurality of its uses as a weapon. Many researchers have focused on this question of the links between form and function. The assertions, numerous, are however contradictory from one researcher to another. Archaeological experimentation, combined with the analysis of the internal structure of the points and the observation of plastic or physico-chemical deformations on the blades, can provide elements of an answer to this ancient problem. Metallographic analyses are also a means of studying its efficiency and resistance. It also offers the possibility of determining certain methods of fabrication of these remains. The Notice of Dignity mentions only one fabrica specialized in the design of hast weapons. Located in Irenopolis, in Cilicia (now Turkey), it seems unlikely that this workshop alone supplied all the armies of the Roman Empire with spears. The study of a targeted sample of metallurgical workshops can undoubtedly provide a better understanding of the distribution and supply system of lances in the Roman army. From these different lines of research, it is thus a question of answering a certain number of problems concerning spears: the question of their manufacture, their composition, their use, their influences, their effectiveness, their supply, their distribution and their membership (civil or military).