La mine d'uranium de Kuannersuit: reconfigurations politiques et symboliques autour de l'uranium groenlandais à l'heure de l'indépendance.

par Pia-valentine Bailleul

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Sophie Houdart.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent , en partenariat avec Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative (laboratoire) depuis le 03-10-2017 .


  • Résumé

    Pia Bailleul travaille dans le sud du Groenland sur les questions industrielles, environnementales et décoloniales autour du projet Kvanefjeld. Son terrain ethnographique se situe dans la région de Kujalleq où la mine d'uranium et de terre-rares Kvanefjeld est sur le point d'ouvrir dans une zone agricole qui regroupe un peu moins de 200 personnes. S'y tiennent également des ruines Vikings du Moyen-Age classées au patrimoine de l'UNESCO et sujettes à des mesures de patrimonialisation, dans une optique d'optimisation touristique, et une industrie halieutique en déclin. Cette zone est donc habitée par des secteurs industriels différents qui se lient de manière divergente à l'environnement. La thèse de Pia Bailleul s'intéresse à ces « modalités d'habiter » dans une perspective historique et politique. L'ethnographie institutionnelle - sur documents législatifs et observations parlementaires - menée par Pia Bailleul offre une fenêtre de compréhension de la place historique et le rôle contemporain des minerais dans le parcours décolonial et au coeur de l'appréciation de Kvanefjeld. En croisant ces données à celles de la région Kujalleq, Pia Bailleul appréhende l'uranium et les terre-rares aussi bien dans leur matérialité qu'en tant que projection économique et politique. Ils incarnent et transportent une forme d'exploitation inédite qui pourrait apporter une indépendance étatique totale vis à vis du Danemark. En cela, la mine de Kvanefjeld est une anticipation opérante. La thèse de Pia Bailleul s'intéresse ainsi aux multiples facettes du projet Kvanefjeld dans une perspective historique et ethnographique.

  • Titre traduit

    Kuannersuit mine : politic and symbolic reconfigurations around greenlandic's uranium in independence times.


  • Résumé

    Pia Bailleul works in southern Greenland on industrial, environmental and decolonial issues surrounding Kvanefjeld's project. Her fieldwork is located in the Kujalleq region where the Kvanefjeld uranium and rare earth mine is about to open in an agricultural area which brings together a little less than 200 people. There are also Viking ruins from the Middle Ages classified as UNESCO heritage and subject to heritage measures, with a view to optimizing tourism, and a declining fishing industry. This area is therefore inhabited by different industrial sectors which are linked in divergent ways to the environment. Pia Bailleul's thesis focuses on these “ways of inhabiting” from a historical and political perspective. The institutional ethnography - on legislative documents and parliamentary observations - conducted by Pia Bailleul offers a window of understanding of the historical place and the contemporary role of minerals in the decolonial course and at the heart of the appreciation of Kvanefjeld. By crossing these data with those of the Kujalleq region, Pia Bailleul apprehends uranium and rare earths both in their materiality and as an economic and political projection. They embody and convey an unprecedented form of exploitation that could bring total state independence from Denmark. In this, the Kvanefjeld mine is a working anticipation. Pia Bailleul's thesis thus focuses on the multiple facets of the Kvanefjeld project from a historical and ethnographic perspective.