Multi-infection microbienne chez les moustiques : conséquences dans la transmission de la dengue par Aedes albopictus à La Réunion

par Sarah Hafsia

Projet de thèse en Science du vivant

Sous la direction de Patrick Mavingui et de Celestine Atyame nten.

Thèses en préparation à La Réunion , dans le cadre de École doctorale Sciences, Technologies et Santé , en partenariat avec Processus Infectieux en Milieu Insulaire Tropical (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    La Réunion et les îles du Sud Ouest de l'Océan Indien (SOOI) sont victimes depuis de nombreuses années des épidémies causées par des pathogènes d'origine animale et de nature virale (chikungunya, fièvre de la vallée du Rift, dengue) et bactérienne (leptospirose, peste) qui ont eu des impacts sanitaire et économique importants. Ce projet se focalisera sur l'étude du virus de la dengue, de son vecteur le moustique tigre Aedes albopictus et des bactéries symbiotiques qu'il héberge. La dengue est en recrudescence dans les îles du SOOI, y compris à la Réunion où une épidémie sévit depuis la fin 2017, avec plus de 20 000 cas diagnostiqués de dengue de type 2 en octobre 2019. Cette épidémie vient bouleverser les résultats des travaux antérieurs qui suggéraient que les moustiques de la Réunion étaient peu réceptifs aux infections par les virus de la dengue du fait de la compétition causée par la bactérie Wolbachia naturellement présente chez les moustiques Aedes albopictus de La Réunion, ce qui suggérerait des évolutions adaptatives comme observées pour le virus chikungunya. L'objectif général du projet de ma thèse est d'étudier les interactions entre les souches épidémiques de la dengue circulants actuellement, les populations des moustiques et leur bactérie endosymbiotique Wolbachia. Il s'agira de réaliser des infections expérimentales sur lignées cellulaires et sur individus de moustiques en laboratoire de biosécurité et de suivre les densités bactérienne et virale, mais aussi l'évolution des génomes viraux. En plus de ces aspects descriptifs, le projet visera également à décrire au niveau mécanistique la réponse du moustique face à la coinfection microbienne en analysant par séquençage haut débit, les transcriptomes des organes clés du cycle viral (intestin, glandes salivaires, ovaires), en ciblant principalement les voies métabolique et de l'immunité innée connue pour moduler l'infection chez le moustique. Les résultats apporteront des connaissances fondamentales sur la compétence vectorielle des moustiques et les mécanismes impliqués potentiellement dans l'interférence virale, pouvant expliquer en partie la nouvelle épidémiologie de la dengue à La Réunion. Le projet de dimension locale intéressera les pays de la zone qui subissent également les épidémies de dengue dont les agents étiologiques sont transmis par le même moustique Aedes albopictus.

  • Titre traduit

    Microbial multi-infection in mosquitoes : consequences in dengue transmission by Aedes albopictus in Reunion Island.


  • Pas de résumé disponible.