Analyse comparative des expressions idiomatiques en chinois et en français (concernant les parties du corps humain et les animaux).

par Lian Chen

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Christophe Rey.

Thèses en préparation à CY Cergy Paris Université , dans le cadre de Arts, Humanité, Sciences Sociales , en partenariat avec LT2D - Lexiques, Textes, Discours, Dictionnaires (laboratoire) depuis le 07-10-2016 .


  • Résumé

    Les chercheurs occidentaux et orientaux étudient de plus en plus le figement ou « shuyu » (SUN Weizhang, 1989 ; WANG Qin, 2006) dans leurs langues respectives. En revanche, les études dans une perspective contrastive entre le français (famille indo-européenne, langue flexionnelle et dérivationnelle) et le chinois (famille sino-tibétaine, langue isolante ou analytique) sont assez peu nombreuses. La phraséologie contrastive se focalise sur l'analyse des expressions figées dans différentes langues, afin d'en dégager les caractéristiques communes ou les spécificités réciproques. Présentant une dimension interlinguistique et interculturelle, elle soulève un certain nombre de difficultés, dont la question de « l'idiomaticité » (cf. travaux de Mejri, 2003 ; González Rey, 2002, etc.). La première est d'ordre intra-lingual (blocage de la combinatoire syntaxique et non-compositionnalité du sens). La seconde est d'ordre interlingual (question de l'équivalence ou de la transposabilité des expressions idiomatiques d'une langue à l'autre), mais aussi interculturel. En effet, les expressions idiomatiques sont le reflet d'une mentalité et d'une culture extralinguistique, et il convient donc de les considérer sous cette double approche que l'on qualifiera de lexiculturelle (cf. travaux de Galisson). Ces expressions sont chargées d'implicites, porteuses de l'idiosyncrasie d'une culture, d'un état de la société, d'une façon collective de voir les choses (González Rey, 2002 : 40). Le français et le chinois sont des langues très riches en expressions idiomatiques qui reflètent la culture, la littérature, l'histoire, les croyances, la coutume, les superstitions, ainsi que des particularités nationales dans les mentalités et les perceptions de l'univers. Notre thèse a pour objet principal l'analyse comparative d'expressions idiomatiques françaises avec leurs correspondants chinois ou chengyu, tous deux caractérisés par un haut degré du figement. Elle se focalise plus précisément sur les expressions idiomatiques relatives au corps humain et aux animaux, et s'intéresse particulièrement à celles qui témoignent d'une réalité culturelle et d'une vision de l'homme et de sa place dans le monde propres à chacun des deux peuples. Nous avons cherché à en dégager les points de convergence et éventuelles équivalences à étudier en parallèle la structuration linguistique de ces tournures, et à dégager quels champs sémantiques elles concernent prioritairement. Notre étude se base sur un corpus d'expressions idiomatiques françaises et chinoises, établi à partir de dictionnaires spécialisés monolingues et bilingues en chinois et français. A cette occasion nous avons enrichi notre réflexion par quelques remarques d'ordre lexicographique et métalexicographique en rapport avec nos projets de recherche. Une autre dimension de la linguistique contrastive concerne la phraséologie appliquée, qui s'envisage sous deux branches ou disciplines : la phraséotraductologie et la phraséodidactique. En effet, les expressions idiomatiques sont difficiles à transposer sans perte, et parfois sont sources d'incompréhension en dehors de la langue et de la culture qui les ont générées. Cette transposition est l'objet de la phraséotraductologie, dont nous exposerons les difficultés. La « phraséodidactique, ou didactique de la phraséologie » (González Rey, 2007), quant à elle « concerne l'enseignement-apprentissage des expressions figées dans le cadre de l'acquisition des langues vivantes » (González Rey, 2010). González Rey (Ibid.) souligne que l'emploi naturel et spontané des expressions figées dans le discours est la preuve indéniable d'une bonne maîtrise de la langue étrangère chez les apprenants. Nous soulignerons l'importance de développer dans l'enseignement cette discipline récente.

  • Titre traduit

    Comparative analysis of idioms in Chinese and French (concerning parts of the human body and animals).


  • Résumé

    Researchers in both the East and West are increasingly studying theses fixed expressions or “shuyu” (SUN Weizhang, 1989 ; WANG Qin, 2006) in their respective languages. However, relatively little research has been conducted from a comparative perspective concerning these expressions in French (an inflectional and derivational language of the Indo-European family) and Chinese (an isolating or analytic language of the Sino-Tibetan family). “Contrastive phraseology,” also known as “comparative phraseology,” focuses on the analysis of fixed expressions in different languages in order to identify their common characteristics or reciprocal specificities. Its study has both an interlinguistic and intercultural dimension. “Contrastive phraseology” raises two major difficulties involving the question of “idiomaticity” (cf. Mejri, 2003 ; González Rey, 2002). The first is of an intralingual nature (relating to the blocking of syntactic combinations and the non-compositionality of meaning). The second is interlingual (relating to the question of the equivalence or transposability of idiomatic expressions between languages), but also intercultural. Indeed, idiomatic expressions reflect mentalities and extra-linguistic culture, and it is therefore appropriate to consider them under a double approach that can be qualified as “lexicultural” (cf. Galisson). Such expressions are loaded with implicit meanings and can convey a culture's idiosyncrasies, the state of a society and collective ways of seeing things (González Rey, 2002 : 40). French and Chinese are two languages very rich in idiomatic expressions that reflect the cultures, literatures, histories, beliefs, customs and superstitions of each language's speakers, as well as their specific national mentalities and worldviews. The main object of this thesis is to provide a comparative analysis of French idiomatic expressions characterized by a high degree of fixedness and their corresponding fixed expressions, or chengyu, in Chinese. More precisely, our study concerns Chinese and French idiomatic expressions relating to the human body and animals, focusing particularly on those expressions that testify to cultural realities and visions of humanity and its place in the world that are specific to the respective cultures. In this study, we have sought idiomatic expressions that present similarities and equivalences between the two languages as well as those that are more distant from each other. Our corpus is mainly derived from specialized monolingual and bilingual dictionaries originating from France and China. In the thesis, we have also enriched our reflections on this corpus with lexicographic and metalexicographic remarks related to the project. In addition to contrastive phraseology, another area of contrastive linguistics is applied phraseology, which can be divided into two branches or disciplines : phraseotranslatology and phraseodidactics. Indeed, idiomatic expressions often prove difficult to transpose without loss and are sometimes sources of incomprehension outside the language and culture that generated them. Realizing this transposition is the object of phraseotranslatology, the difficulties of which we discuss in our thesis. “Phraseodidactics, or didactics of phraseology” (González Rey, 2007), for its part, “concerns the teaching-learning of fixed expressions within the framework of the acquisition of modern languages” (González Rey, 2010). González Rey (Ibid.) stresses that, for learners of a foreign language, being able to naturally and spontaneously use fixed expressions in speech is undeniable proof of good command of the language. In this study, we therefore emphasize the importance of developing the application of this relatively new discipline in teaching.