Dynamiques d'urbanisation et pressions écologiques dans la "Zone d'Extensions Sud" de Kinshasa. Une analyse systémique des inégalités socio-environnementales et spatiales dans les quartiers d'habitat précaire.

par Lucien Monsengo Elenkey

Projet de thèse en Aménagement

Sous la direction de Christophe Demaziere.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de la Société : Territoires, Economie, Droit - SSTED , en partenariat avec Cités Territoires Environnement et Sociétés (Tours) (laboratoire) et de DATE - Dynamique et Action Territoriales et Environnementales (equipe de recherche) depuis le 29-11-2019 .


  • Résumé

    La ville concentre aujourd'hui et concentrera davantage demain les sources de pressions écologiques d'origine anthropique : prélèvement des ressources naturelles pour satisfaire les besoins des citadins, pollutions, destruction d'habitats, etc. Kinshasa, une de grandes métropoles africaines, connaît une croissance urbaine sans précédent mais très vulnérable dans ses quartiers d'habitat spontané dont la Zone d'Extensions Sud. Au-delà de la précarité économique, de la croissance démographique et de l'appropriation de l'espace par les citadins, n'y a-t-il pas lieu de jeter un regard systémique sur les défis des inégalités socio-spatiales et socio-environnementales de ces quartiers « oubliés » de la ville ? La crise de l'environnement est donc une crise de l'homme dans son intégralité et de la société dans son ensemble; elle ne demeure donc pas moins un phénomène social dont il importe d'appréhender les causes fondamentales, les défis majeurs et les principaux acteurs. Au lieu d'en être seulement réduit à des conjectures, il serait, en outre, plus intéressant d'approfondir cette étude par une cartographie des parties prenantes impliquées aux pressions environnementales (analyse des systèmes de gouvernance, implication des mouvements associatifs, etc.) et de mener une analyse systémique non seulement sur les modes comportements des citadins mais aussi sur les inégalités socio-environnementales et spatiales qui s'affichent ou se cachent dans les quartiers d'habitat précaire. Différentes méthodes et techniques d'investigation pourront être mises à contribution dans le cadre de ce travail : les méthodes inductive, analytique et prospective, soutenues par la recherche documentaire, l'observation participative, la collecte, l'analyse et l'interprétation des données aussi bien statistiques que qualitatives dans une approche systémique mettant en corrélation les sciences de l'environnement, l'urbanisme, le territoire et la société dans une vision anthropo-sociologique de l'écologie urbaine. Ce travail partira des inventaires et diagnostics de terrain, passera par une analyse systémique et critique des dynamiques urbaines et des disparités socio-environnementales pour s'achever dans des considérations prospectives. Dans cette étude, le recours à une enquête anthropo-sociologique sur les pratiques populaires d'assainissement et la gestion de l'environnement dans les Extensions Sud de Kinshasa permettrait de définir, à travers le diagnostic sérieux de ces pratiques, un « ethos environnemental » propre au milieu et capable non seulement de dévoiler ses propres faiblesses et limites, mais digne aussi de révéler les critères culturels qui définissent ses normes de référence, les valeurs qu'il compte promouvoir et les enjeux énormes qu'il sous-tend au regard des exigences d'un développement durable et endogène. Cette étude permettrait ainsi de passer d'une mise en regard des défis actuels sur les inégalités socio-environnementales et spatiales à de nouvelles possibilités ou manières de "penser, fabriquer et habiter la ville".

  • Titre traduit

    Urbanization dynamics and ecological pressures in the "Southern Extensions Area" of Kinshasa. A systemic analysis of socio-environmental and spatial inequalities in precarious housing districts.


  • Résumé

    The city is now concentrating and will concentrate more tomorrow the sources of ecological pressures of anthropogenic origin: the removal of natural resources to meet the needs of city dwellers, pollution, destruction of habitats, etc. Kinshasa, one of Africa's major metropolises, is experiencing unprecedented but very vulnerable urban growth in its spontaneous housing neighbourhoods, including the Southern Extensions Area. Beyond economic insecurity, population growth and the appropriation of space by urban dwellers, is there no need to take a systemic look at the challenges of socio-spatial and socio-environmental inequalities in these neighbourhoods " forgotten" of the city? The environmental crisis is therefore a crisis of man in its entirety and of society as a whole systemic; it therefore remains a social phenomenon whose fundamental causes, major challenges and key stakeholders need to be understood. Rather than being reduced to conjecture, it would also be more interesting to further study this study by mapping the stakeholders involved in the pressures (analysis of governance systems, involvement of movements associations, etc.) and to conduct a systemic analysis not only on the patterns of urban behaviour but also on the socio-environmental and spatial inequalities that appear or hide in neighbourhoods of precarious housing.Different methods and techniques of investigation can be used in the context of this work: inductive, analytical and prospective methods, supported by documentary research, participatory observation, collection, analysis and interpretation of both statistical and qualitative data in a systemic approach that correlates environmental sciences, urban planning, territory and society in an anthropo-sociological vision of urban ecology. This work will start with field inventories and diagnostics, will go through a systemic analysis of urban dynamics and socio-environmental disparities and will end in forward-looking considerations. In this study, the use of an anthropo-sociological survey on popular sanitation practices and environmental management in Kinshasa's Southern Extensions would help define, through the serious diagnosis of these practices, a " environmental ethos" specific to the environment and able not only to reveal its own weaknesses and limitations, but also worthy of revealing the cultural criteria that define its standards of reference, the values it intends to promote and the enormous stakes underlies the demands of sustainable and endogenous development. This study would allow us to move from a comparison of current challenges on socio-environmental and spatial inequalities to new opportunities or ways of "thinking,making and living in the city".