INCORPORER LA CULTURE DU FLEUVE DANS L'URBANISME D'UNE VILLE QUI GRANDIT RAPIDEMENT, LE CAS DE KINSHASA, RD-CONGO

par Raita Bala Mapegha

Projet de thèse en Aménagement

Sous la direction de Karl Wantzen.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de la Société : Territoires, Economie, Droit - SSTED , en partenariat avec CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés (laboratoire) et de DATE - Dynamique et Action Territoriales et Environnementales (equipe de recherche) depuis le 14-10-2019 .


  • Résumé

    Les villes construites sur les rives du fleuve sont confrontées à de nombreux défis : changement climatique, dégradation des paysages fluviaux, perte de biodiversité, perte d'habitats sauvages, etc. en conséquence, la santé humaine, la sécurité, l'environnement sont également affectés. pour faire face à ces problèmes, le concept de planification urbaine durable a été développé. pour atteindre le principal objectif qui est la durabilité, plusieurs concepts ont été créés, par exemple, le concept de ville-éponge, le concept du corridor vert et bleu, etc. pour cette recherche, le concept retenu est la culture du fleuve. Le concept de 'culture fluviale' a été introduit pour la première fois par K.M. Wantzen et ses collègues pour définir une méthode éco-sociale, afin d'atténuer la catastrophe de la diversité biologique et culturelle dans les paysages de rivières. Elle se base sur la compréhension du fait que les changements environnementaux actuels mettent en danger la diversité biologique et culturelle des rivières et de leurs bassins, et que les activités visant à renforcer les fonctions des écosystèmes, la biodiversité et l'aptitude des espèces biologiques à se développer auront également un effet positif sur la diversité culturelle humaine. La culture fluviale a deux aspects. Le premier est l'impact du cadre biophysique des cours d'eau (en particulier, leurs régimes d'écoulement impulsifs et leurs caractéristiques biologiques) sur l'expression des éléments de la culture humaine en général. Le deuxième aspect est ' apprendre de la rivière ' pour l'évolution des technologies et des alternatives de gestion qui visent à préserver et à améliorer les fonctions et la diversité des écosystèmes d'une manière plus durable. L'objectif principal de cette recherche est d'intégrer le concept de culture du fleuve dans la stratégie de planification urbaine de la ville métropolitaine qui a une croissance rapide. Il s'agit notamment d'analyser comment le développement de la ville a été réalisé et quelle importance a été accordée à la protection de l'environnement (en particulier la protection des rivières) dans la planification de la ville. Sur la base de ces résultats, la recherche étudiera comment la culture fluviale peut contribuer à la conservation de la culture et de la biodiversité de la ville ainsi qu'au secteur socio-économique de la ville. Kinshasa en République Démocratique du Congo a été retenue comme étude de cas parce qu'elle était considérée comme la troisième ville africaine en termes de population après Le Caire en Egypte et Lagos au Nigeria. Avec un taux de croissance de 4,1 %, on estime que la ville gagne 1 million d'habitants chaque année. avec cette tendance, la ville sera la plus grande mégalopole africaine en 2030. La mise en œuvre d'une planification urbaine durable est le principal enjeu en République démocratique du Congo. Elle exige un véritable effort de révision de l'urbanisme dans sa pluridisciplinarité fondée sur une vision intégratrice des enjeux urbains, pour une gestion des ressources foncières respectueuse de l'écologie et une croissance économique dans l'équité sociale. Avec les changements climatiques et leurs impacts, il est urgent de changer notre approche dans la planification de nos villes. Pour ce faire, la recherche s'avérera d'une importance capitale puisqu'elle fournira une étude de base sur la façon dont le concept de culture du fleuve peut faire partie de la planification urbaine dans un pays à croissance rapide. Cette recherche sera pionnière parce que les études réalisées sur le concept de culture fluviale l'ont été, au meilleur de la connaissance du chercheur, sur : la restauration des rivières, la protection de la biodiversité, le bien-être humain, la biodiversité culturelle et l'apprentissage par 'le fleuve'. Dans cette recherche, nous appliquerons ce concept à l'urbanisme d'une ville qui s'urbanise rapidement. L'un des grands avantages de cette recherche est d'étudier comment la culture du fleuve a fait partie de la culture africaine et ce qui se passe lorsque les humains prennent le contrôle et commencèrent à déséquilibrer l'équilibre. Cette recherche fournira des éléments de base pour d'autres études visant à développer un concept similaire pour d'autres villes à croissance rapide et d'autres villes dans le monde qui sont influencées par des rivières. Une recherche comme celle-ci peut initier la tendance à considérer la culture fluviale dans la planification urbaine à travers le monde.

  • Titre traduit

    INCORPORATING RIVER CULTURE IN THE URBAN PLANNING OF RAPIDLY URBANISING CITY, THE CASE OF KINSHASA, DR-CONGO


  • Résumé

    Cities built on the banks of the river face many challenges: climate change, degradation of river landscapes, loss of biodiversity, loss of wild habitats, etc.. As a result, human health, safety, environment are also affected. in response to these problems, the concept of sustainable urban planning was developed. Several concepts have been created to achieve the main objective that is sustainability, for example, the sponge city concept, the green and blue corridor concept, etc. for this research, the concept retained is the culture of the river. The concept of 'river culture' was first introduced by K.M. Wantzen and his colleagues to define an eco-social method to mitigate the disaster of biological and cultural diversity in river landscapes. Based on the understanding that current environmental changes are endangering, the biological and cultural diversity of rivers and their basins, and that activities to strengthen ecosystem functions, biodiversity and the ability of biological species to thrive will also have a positive effect on human cultural diversity. River culture has two aspects. The first is the impact of the biophysical framework of rivers (in particular, their impulsive flow regimes and biological characteristics) on the expression of elements of human culture in general. The second aspect is 'learning from the river' for the evolution of technologies and management alternatives that aim to preserve and enhance ecosystem functions and diversity in a more sustainable manner. The main objective of this research is to integrate the concept of river culture in the urban planning strategy of the rapidly growing metropolitan city. It includes analysing how the development of the city has been achieved and what importance has been given to environmental protection (in particular river protection) in city planning. Based on these results, the research will investigate how river culture can contribute to the conservation of the city's culture and biodiversity as well as to the city's socio-economic sector. Kinshasa in the Democratic Republic of Congo was selected as a case study because it was considered the third-largest city in Africa in terms of population after Cairo in Egypt and Lagos in Nigeria. With a growth rate of 4.1%, it is estimated that the city gains 1 million inhabitants every year. With this trend, the city will be Africa's largest megalopolis by 2030. Implementing sustainable urban planning is the main challenge in the Democratic Republic of Congo. It requires a genuine effort to revise urban planning in its multidisciplinary nature based on an integrating vision of urban issues, for land resource management that respects ecology and economic growth with social equity. With climate change and its impacts, it is urgent to change our approach to planning our cities. To this end, research will be of paramount importance as it will provide a baseline study on how the concept of river culture can become part of urban planning in a rapidly growing country. This research will be pioneering because studies on the concept of river culture have been carried out, to the best of the researcher's knowledge, on river restoration, biodiversity protection, human well-being, cultural biodiversity and learning by 'the river'. In this research, we will apply this concept to the urban planning of a rapidly urbanising city. One of the great benefits of this research is to study how river culture has become part of African culture and what happens when humans take control and begin to unbalance the balance. This research will provide the basis for further studies to develop a similar concept for other fast-growing cities and other cities in the world that are influenced by rivers. Research such as this may initiate the trend to consider river culture in urban planning around the world.