Violence légitime dans la gendarmerie nationale : études des facteurs cognitifs et émotionnels influençant la prise de décision

par Sebastien Cojean

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Nicolas Combalbert et de Anne Taillandier-schmitt.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Humanités et Langues - H&L , en partenariat avec Psychologie des âges de la vie et Adaptation (laboratoire) depuis le 08-11-2018 .


  • Résumé

    Les forces de l'ordre en général et la gendarmerie en particulier sont régulièrement visées par des plaintes de la population évoquant un recours excessif à la violence (Affaire Théo, Adama Traoré). Réputés pouvoir recourir à la coercition de manière légitime, il n'y a fondamentalement pas de définition de la violence légitime exercée par les forces de l'ordre, légalement parlant. Ce qui conduit celle-ci à être, de fait, illimité (Bittner, 1970). Néanmoins, nous observons que la mise en œuvre de celle-ci reste intrinsèquement liée à la décision prise par l'agent de la force publique qui décide d'y recourir. De nombreuses situations font ainsi l'objet d'un recours à la violence, qui s'il était nécessaire, n'était pas toujours la seule solution envisageable. L'objectif principal de la thèse vise à identifier les facteurs et les processus émotionnels et cognitifs impliqués dans la prise de décision de recourir à la violence légitime au sein de la GN. Pourquoi y recourir ? Qu'est ce qui motive ce choix ? Les choix sont issus d'un processus intellectuel propre à chacun. Ce processus est néanmoins influencé, en dehors de la personnalité propre de l'individu, par un certains nombres de facteurs extérieurs. Des facteurs propres à la situation elle-même, mais également des facteurs inhérents aux acquis de l'Homme. On pense ici à l'expérience, l'entraînement, la formation. Il nous appartient ainsi d'identifier les facteurs exerçant une telle influence dans la décision de recourir à la violence légitime, mais également de quantifier l'influence qu'ils exercent.

  • Titre traduit

    Legitimate violence in Gendarmerie nationale : studies on cognitives and emotionnals factors influencing the decision-making


  • Résumé

    Law enforcements in general and French gendarmerie in particular are regularly targeted by complaints from the population alleging excessive use of violence (Théo case, Adama Traoré). There is basically no definition of legitimate violence by law enforcement agencies, legally speaking, as there is no definition of legitimate violence by law enforcement agencies, which is considered to be a legitimate use of coercion. This leads to it being, in fact, unlimited (Bittner, 1970). Nevertheless, we observe that its implementation remains intrinsically linked to the decision taken by the law enforcement officer who decides to use it. Many situations are thus subject to the use of violence, which, if it were necessary, was not always the only possible solution. The main objective of the thesis is to identify the emotional and cognitive factors and processes involved in the decision to use legitimate violence in the GN. Why resort to it? What motivates this choice? Choices are the result of an intellectual process specific to each individual. This process is nevertheless influenced, outside the individual's own personality, by a number of external factors. Factors specific to the situation itself, but also factors inherent in the achievements of man. One thinks here of experience, training, education. It is thus up to us to identify the factors that exert such an influence in the decision to resort to legitimate violence, but also to quantify the influence they exert.