Les Politiques urbaines en Guinée et leurs impacts sur l'agriculture périurbaine: Cas de l'agglomération de Conakry

par Mohamed saliou Camara

Projet de thèse en Aménagement

Sous la direction de José Serrano et de Alpha Issaga Pallé Diallo.

Thèses en préparation à Tours en cotutelle avec l'Université Gamal Abdel Nasser de Conakry , dans le cadre de Sciences de la Société : Territoires, Economie, Droit - SSTED , en partenariat avec Cités Territoires Environnement et Sociétés (Tours) (laboratoire) et de DATE - Dynamique et Action Territoriales et Environnementales (equipe de recherche) depuis le 18-10-2019 .


  • Résumé

    Les dynamiques urbaines s'opèrent suivant un cadre avec lequel elles interagissent constamment. Les politiques urbaines sont partie intégrante de ce cadre. Elles désignent autant les politiques publiques mises en œuvre à l'échelle d'une ville que les activités qui s'y déroulent (Luxembourg et Messaoudi, 2017). Leurs interactions avec les dynamiques urbaines créent des changements qui entament ou renforcent la résilience des activités socio-économiques urbaines et périurbaines, en particulier l'agriculture. Ainsi, l'analyse de l'impact des politiques urbaines sur l'agriculture périurbaine constitue l'essence de cette recherche. En effet, la question de l'agriculture périurbaine a pris une place de choix à la fois dans les milieux scientifique et politique. Les enjeux et défis sont particulièrement importants pour les pays en développement, confrontés d'une part aux problèmes d'autosuffisance alimentaire et d'autre part, aux pressions démographiques et foncières. Ces pressions sont souvent continues et sans cesse croissantes. Dans le cas spécifique de Conakry, l'agglomération connais un étalement rapide et sans précédent. Elle concentre près de la moitié de la population urbaine et a connu une forte croissance depuis l'indépendance : 113 000 habitants en 1960, 270 000 en 1970 puis 552 000 habitants en 1980, 1 300 000 en 2002, près de 1 700 000 en 2014 et près de 2 000 000 en 2019 (Institut National de la Statistique, 2019). Sa superficie urbanisée est passée de 70 km2 en 1985 (Ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat, 1990) à près de 450 km2 en 2017 (Diallo, 2017). La croissance de la capitale guinéenne modifie le cadre de vie et redessine ses limites territoriales (Kébé-Gangneux, 2016). Les politiques urbaines n'ont pas permis aux habitants de s'organiser dans les territoires existants. Dans ces conditions, la Guinée continue à importer plus de 350 000 tonnes de riz (l'aliment de base) par an alors qu'elle dispose de plus de 6 millions d'hectares de terres arables (Ministère en charge des Investissements et du Partenariat Public Privé, 2019). Pourtant, l'agriculture guinéenne dispose d'importants atouts dont entre autres ceux d'assurer l'autosuffisance alimentaire et la création d'emplois durables. L'agriculture périurbaine peut y jouer un rôle prépondérant surtout dans la périphérie de l'agglomération de Conakry où les terres sont très fertiles et favorables à plusieurs types de cultures. Mais très peu de recherches portent sur la question de l'agriculture périurbaine en Guinée. C'est pourquoi, il nous est paru opportun de savoir comment les politiques urbaines en Guinée impactent l'agriculture périurbaine dans l'agglomération de Conakry. Ainsi, les objectifs sont les suivants : 1) Analyser les politiques urbaines en Guinée ; 2) Décrire les caractéristiques de l'agriculture périurbaine de l'agglomération de Conakry ; 3) Sur la base des résultats des objectifs (1) et (2), développer des critères de vulnérabilité ; 4) Sur la base des résultats de l'objectif (3), évaluer la résilience de l'agriculture périurbaine de l'agglomération de Conakry. Pour y parvenir, l'approche mixte sera privilégiée. Les méthodes cartographique, d'enquête et d'analyse documentaire seront utilisées. La méthode cartographique présentera la dynamique d'occupation du sol. Des enquêtes par questionnaire, des entrevues semi-dirigées et des observations participantes seront réalisées dans les ministères, dans les services déconcentrés et auprès des agriculteurs périurbains de l'agglomération de Conakry. S'inspirant de Mara (2010), le développement de critères de vulnérabilité comportera trois étapes : la conceptualisation de la vulnérabilité, la caractérisation des principaux facteurs de la vulnérabilité et le développement des critères. Les critères de vulnérabilité développés seront utilisés pour modéliser la résilience de l'agriculture périurbaine pratiquée dans l'agglomération de Conakry. A l'instar de Diallo et al. (2014), trois scénarii de la dynamique des futurs possibles seront simulés sur 100 ans (2021-2121). Il s'agit des scénarios « valeur constante », « fluctuation mini-max » et « croissance continue ».

  • Titre traduit

    Urban policies in Guinea and their impacts on peri-urban agriculture: the case of the conurbation of Conakry


  • Résumé

    Urban dynamics operate according to a framework with which they constantly interact. Urban policies are an integral part of this framework. They refer as much to the public policies implemented at the scale of a city as the activities that take place there (Luxembourg and Messaoudi, 2017). Their interactions with urban dynamics create changes that undermine or reinforce the resilience of urban and peri-urban socio-economic activities, particularly agriculture. Thus, analyzing the impact of urban policies on peri-urban agriculture is the essence of this research. Indeed, the issue of peri-urban agriculture has taken a prominent place in both the scientific and political circles. The issues and challenges are particularly important for developing countries, facing on the one hand the problems of food self-sufficiency and on the other hand, demographic and land pressures. These pressures are often continuous and ever increasing. In the specific case of Conakry, the agglomeration knows a rapid and unprecedented spread. It concentrates nearly half of the urban population and has experienced strong growth since independence: 113 000 inhabitants in 1960, 270 000 in 1970 then 552 000 inhabitants in 1980, 1 300 000 in 2002, nearly 1 700 000 in 2014 and almost 2,000,000 in 2019 (Institut National de la Statistique, 2019). Its urbanized area increased from 70 square km in 1985 (Ministry of Urban Planning and Housing, 1990) to nearly 450 square km in 2017 (Diallo, 2017). The growth of the Guinean capital modifies the living environment and redraws its territorial limits (Kébé-Gangneux, 2016). Urban policies have not allowed people to organize themselves in existing territories. In these conditions, Guinea continues to import more than 350 000 tonnes of rice (the staple food) per year while it has more than 6 million hectares of arable land (Ministry of Investment and Public Private Partnership, 2019). Yet, Guinean agriculture has important assets, including those to ensure food self-sufficiency and the creation of sustainable jobs. Peri-urban agriculture can play a predominant role, especially in the outskirts of the conurbation of Conakry where the land is very fertile and favorable to several types of crops. But very little research concerns the question of peri-urban agriculture in Guinea. That is why it is timely for us to know how urban policies in Guinea are impacting peri-urban agriculture in Conakry. Thus, the objectives are as follows: 1) Analyze urban policies in Guinea; 2) Describe the characteristics of peri-urban agriculture in the conurbation of Conakry; 3) Based on the results of objectives (1) and (2), develop vulnerability criteria; 4) Based on the results of objective (3), assess the resilience of peri-urban agriculture in Conakry. To achieve this, the mixed approach will be favored. The cartographic, survey and document analysis methods will be used. The cartographic method will present the dynamics of land use. Questionnaire surveys, semi-structured interviews and participant observations will be conducted in the ministries, decentralized services and peri-urban farmers in the conurbation of Conakry. Inspired by Mara (2010), the development of vulnerability criteria will comprise three stages: the conceptualization of vulnerability, the characterization of the main factors of vulnerability and the development of criteria. The vulnerability criteria developed will be used to model the resilience of peri-urban agriculture practiced in the conurbation of Conakry. Like Diallo et al. (2014), three scenarios of the dynamics of possible futures will be simulated over 100 years (2021-2121). These are the 'constant value', 'mini-max fluctuation' and 'continuous growth' scenarios.