Impact de l'introduction en sélection de nouveaux critères d'efficacité alimentaire sur la durabilité de la production du poulet de chair

par Quentin Berger

Projet de thèse en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Santé, Sciences Biologiques et Chimie du Vivant - SSBCV , en partenariat avec Berri (laboratoire) depuis le 25-09-2018 .


  • Résumé

    La viande de volailles, peu chère et maigre, est la plus consommée au monde. Sa production est extrêmement efficace, mais repose sur l'utilisation d'animaux à croissance très rapide nourris avec des régimes de haute qualité nutritionnelle. Aujourd'hui ces régimes font appel à des matières premières importées avec un effet négatif sur l'environnement (soja) au détriment de matières premières locales (pois, tournesol, colza). Les céréales utilisées dans les régimes avicoles sont quant à elles en compétition avec l'alimentation humaine dont elles contribuent à augmenter le coût. La croissance très rapide des poulets s'accompagne par ailleurs de problèmes de qualité de viande et d'une plus grande sensibilité des animaux aux variations environnementales pouvant conduire à des problèmes de bien-être ou de santé. Il faut donc repenser la production avicole pour la rendre plus durable, en augmentant le recours aux matières premières locales et non concurrentielles avec l'alimentation humaine, en améliorant la qualité des produits, sans dégrader l'efficacité économique. Le coût de l'aliment représentant les 2/3 du coût de production du poulet, l'efficacité des animaux à transformer leur aliment en viande de bonne qualité sera déterminante. L'objectif de la thèse est donc d'étudier les possibilités d'une sélection sur l'efficacité alimentaire évaluée chez des animaux nourris avec des régimes à base de matières premières alternatives, locales et peu concurrentielles avec l'alimentation humaine. Pour ce faire, nous disposons aujourd'hui d'une mangeoire électronique qui permet un phénotypage à haut débit, individuel et continu du poids des animaux et de leur consommation et comportement alimentaires. Dans un premier temps, ces paramètres seront comparés entre différents types génétiques de poulets nourris avec des régimes incluant une proportion plus ou moins forte de matières premières alternatives afin d'apprécier la variabilité des réponses animales et l'impact sur la durabilité de la production de viande. Dans un second temps, nous identifierons les critères les plus pertinents pour une future sélection en fonction des réponses espérées en termes d'efficacité à valoriser les nouvelles matières premières et de qualité de la production de viande. Afin d'enrichir la gamme des critères étudiés et d'identifier de nouveaux biomarqueurs de l'efficacité alimentaire, l'approche expérimentale inclura l'analyse de métabolites sanguins en collaboration avec l'Université de Tours. Cette thèse, qui combinera approche expérimentale et modélisation de données, permettra à l'étudiant de se former aux interactions entre génétique et nutrition. Elle permettra également une réflexion sur la transition des systèmes d'alimentation et le développement d'innovations transférables aux filières.

  • Titre traduit

    Impact of the introduction in selection process of new feed efficiency criteria on the sustainability of the broiler production


  • Résumé

    Poultry meat is cheap and lean. Thus, it is the most widely consumed meat in the world. Its production is extremely efficient but is based on the use of very fast-growing animals fed with diets of high nutritional quality. Today these diets use imported raw materials with a negative effect on the environment (soya) to the detriment of local raw materials (peas, sunflower, rapeseed). Cereals used in poultry diets are in competition with human food and contribute to the increase in its cost. The very rapid growth of chickens is also accompanied by problems of meat quality and greater sensitivity of the animals to environmental variations that can lead to welfare or health problems. Poultry production, therefore, needs to be rethought to make it more sustainable, by increasing the use of local raw materials that are not competitive with human food, improving product quality without degrading economic efficiency. As feed costs represent 2/3 of the cost of chicken production, the efficiency of the animals in transforming their feed into good quality meat will be a determining factor. The objective of the thesis is therefore to study the possibilities of a selection on feed efficiency evaluated in animals fed with diets based on alternative, local raw materials that are not very competitive with human food. To do this, we now have an electronic feeder that allows high throughput, individual and continuous phenotyping of animal weight and feed consumption and behavior. Initially, these parameters will be compared between different genetic types of chickens fed with diets including a higher or lower proportion of alternative raw materials in order to assess the variability of animal responses and the impact on the sustainability of meat production. In a second step, we will identify the most relevant criteria for a future selection according to the expected responses in terms of efficiency to valorize the new raw materials and the quality of meat production. In order to enrich the range of criteria studied and to identify new biomarkers of feed efficiency, the experimental approach will include the analysis of blood metabolites in collaboration with the University of Tours. This thesis, which will combine an experimental approach and data modeling, will enable the student to learn about the interactions between genetics and nutrition. It will also allow a reflection on the transition of food systems and the development of innovations transferable to the fields.