Identité et reconnaissance

par Alexandra Bron

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Hubert Faes et de Philippe Soual.

Thèses en préparation à Poitiers , dans le cadre de Lettres, pensées, arts et histoire « civilisation et littérature de l’antiquité à nos jours »Ed 525 depuis le 15-06-2009 .


  • Résumé

    La prépondérance et la résonnace des discours d'identité et de reconnaissance dans les sociétés contemporaines appelent d'une part à étudier et à confronter les approches du sujet : l'approche philosophique, l'approche des sciences humaines et l'approche phénoménologique. De cette confrontation ressort la nécessité de combiner les approches. D'autre part, il convient de s'interroger sur les raisons de cette préoccupation identitaire et de sa traduction via le langage de la reconnaissance. C'est avec la modernité que se pose la question de l'identité et de sa reconnaissance, question à laquelle la modernité répond par la définition d'une identité universelle. Or, cette réponse est parcourue d'emblée par des ambiguïtés et des paradoxes qui vont être critiqués. La critique de la modernité aboutit à la transformation de l'identité humaine universelle en une nouvelle identité, l'identité différentiée. Ce faisant, cette définition rompt avec la modernité, rupture annonçant l'entrée dans une nouvelle ère, la post-modernité. Désormais, une nouvelle problématique contemporaine émerge avec ses critiques, ses ambiguïtés, donc une nouvelle réponse. Cette analyse critique fait apparaître que cette conception de l'identité compromet le vivre-ensemble. Au terme de la réflexion, il apparaît important de subordonner le souci de soi à un souci pour le monde.


  • Pas de résumé disponible.