La solidarité en droit du travail

par Alexandra Mora

Projet de thèse en Droit social

Sous la direction de Arnaud Martinon.

Thèses en préparation à Paris 2 , dans le cadre de École doctorale de droit privé (Paris) depuis le 30-09-2019 .


  • Résumé

    La solidarité est définie comme un sentiment de devoir moral envers les autres membres d'un groupe créant ainsi une forme d'interdépendance. Obligation morale, presque vertu, qu'il s'agisse du terme lui-même ou de l'idéal auquel il renvoie, la solidarité se situe au cœur de nombreux dispositifs ou mécanismes de droit du travail. Ainsi la journée de solidarité, le don de jours ou le contrat de génération, par exemple, participent de l'idée même d'une entraide nécessaire entre les hommes, qui ne pourrait légitimement demeurer étrangère au monde du travail. Le plus souvent, la solidarité est voulue. Ressortant d'un mouvement personnel et individuel, il semblerait en effet illusoire, ou naïf, de croire ou penser que l'individu étant purement altruiste, la solidarité serait naturelle : elle est un acte de volonté, qui ne s'exprime pleinement que par l'action. Souvent souhaitée, la solidarité peut parfois s'avérer contrainte. Tel est le cas en matière de responsabilité, dans le cadre notamment du coemploi. Ainsi, c'est finalement toute la complexité de la notion de solidarité, ne pouvant être pleinement assimilée à la fraternité, et étant à distinguer du solidarisme, qu'il s'agira de mettre en lumière. Il sera question, dès lors, de savoir si le droit du travail laisse réellement une place à l'existence d'une solidarité « gratuite », ou si celle-ci ne constituerait finalement pas un instrument commode dont l'usage est, sous couvert de justice sociale, sinon instrumentalisé, souvent finalisé.


  • Pas de résumé disponible.