Faire l’expérience d’une maladie chronique : la prise en charge du cancer à l’épreuve des transformations de l’institution médicale

par Maïmouna Drame

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Romuald Bodin et de Jean-pierre Escriva.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de Biologie-Santé (Nantes) depuis le 03-12-2019 .


  • Résumé

    Reconnue comme étant la première cause de mortalité en France, le cancer est devenu une priorité pour les politiques de santé publique et d’action sociale. Face à une pathologie potentiellement létale chargée de représentations négatives, la lutte contre le cancer est sur tous les fronts (politique, médiatique, associatif) et mobilise aujourd’hui une diversité d’acteurs ainsi que des fonds économiques importants dans la cadre de la recherche expérimentale. Si les différents « plans cancer » ont contribué à lever plusieurs barrières (dépistage, représentations sociales sur le cancer, relation médecin/malade) à travers de vastes campagnes de mobilisation, l’explosion du nombre de malades atteint(e)s de cancer et leur prise en charge constituent cependant un véritable défi pour les institutions publiques de santé et les professionnels qui y exercent. Alors que la majorité des travaux en sciences sociales analyse l’expérience du cancer suivant des « logiques subjectives » (carrière de malade, rupture biographique), cette thèse qui s’inscrit dans la continuité de notre master 2 vise à interroger les impacts des transformations de l’institution médicale sur la prise en charge du cancer. Dans un contexte social en crise où les instituions médicales subissent de plein fouet des transformations structurelles (T2A, restrictions budgétaire, réduction du personnel), dans quelles conditions se déroule la prise en charge du cancer ? Comment cette crise affecte-t-elle la structure organisationnelle des soins à l’hôpital notamment en oncologie ? Au regard de ces questionnements et de notre objet d’étude, ce travail de recherche se situe à la croisée de la sociologie des institutions et de la sociologie de la santé. Pour mener cette recherche, le dispositif méthodologique s’inscrira dans 2 principaux axes : Le premier volet d’ordre quantitatif s’attachera à produire une base de données à partir des différentes enquêtes nationales existantes sur le cancer, afin de construire les profils sociaux des différents types de cancer. Le deuxième volet reposera sur une enquête ethnographique au sein de deux unités oncologiques (Nantes et Poitiers) avec à la clé des entretiens auprès des professionnels de santé et des étudiants en médecine, des récits de vie avec les malades et des observations participantes au sein des instances collectives de travail. Cette double approche méthodologique ainsi que la variation du profil des enquêtés (malades, personnel hospitalier) permettra de rendre compte des expériences communes mais aussi des singularités, susceptibles d’apporter une connaissance nouvelle de l’objet d’étude.


  • Pas de résumé disponible.