Les doctrines du conservatisme

par Rémi Ledoux

Projet de thèse en Philosophie du droit

Sous la direction de Philippe Raynaud.

Thèses en préparation à Paris 2 , dans le cadre de École doctorale histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (Paris) depuis le 30-09-2019 .


  • Résumé

    Le conservatisme n'a pas bénéficié d'ouvrage fondateur comme le libéralisme ou le marxisme. Mais cette notion mérite d'être délimitée. De son origine britannique avec David Hume et son essor avec Edmund Burke, jusqu'à sa réception européenne et même extra-européenne, le conservatisme a influencé l'histoire politique et constitutionnelle de nombreux pays. La question se pose quant aux limites de la notion du conservatisme, une pensée politique riche et diversifiée, une diversité nourrie par la réception de nombreux auteurs, qu'ils soient français, avec les monarchiens et les contre-révolutionnaires, ou encore allemands, avec le réformisme conservateur. L'étude de la pensée conservatrice américaine et japonaise permet de délimiter plus concrètement ce qui définit le conservatisme. Les mots ont leur importance, il faut donc définir le conservatisme au plus proche de sa nature même, tant originelle que dérivée après sa réception. Mais le conservatisme souffre d'un flou de définition avec la réaction politique, et il est essentiel de séparer ces deux notions de manière nette, surtout en France où pour certains auteurs conservateur et réactionnaire sont souvent synonymes. Le conservateur n'est pas réactionnaire. Le conservatisme est riche, mêlant tradition et prudence, mais aussi attachement à l'histoire, à la nation, à la famille, à l'autorité et à la religion.


  • Pas de résumé disponible.