Etude des sens chez Euripide

par Maryline Bassas

Projet de thèse en Etudes latines et grecques

Sous la direction de Ghislaine Jay-robert.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED , en partenariat avec Centre de recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranée (laboratoire) depuis le 21-12-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse, qui porte sur un auteur de théâtre grec du Ve siècle avant notre ère, s'inscrit dans le cadre d'un projet de recherche transversale qui est en train de se construire avec le CRESEM et ART-Dev autour des notions de « Perception et Environnement ». Généralement, quand on étudie les sens dans le théâtre antique, on envisage séparément la place de la perception auditive et celle du regard. On se focalise sur la dimension sonore des spectacles en analysant le rôle —fondamental— qu'y jouaient la musique et les voix . On prend alors en compte les caractéristiques de la performance en situant la réflexion sur un plan extra-scénique afin d'essayer de décrypter le type de communication établie entre le spectacle et les spectateurs. Dans cette perspective, l'ouïe tire son importance de sa « puissance émotionnelle » et de la faculté qu'elle a —plus que tout autre perception sensorielle¬— de provoquer « extases, troubles et effrois » . Quand on réfléchit sur le regard et sur les phénomènes visuels, on envisage encore cette question du point de vue des spectateurs. Dans son article « Placing theatre in the History of Vision », S. Goldhill note qu'au cours du Ve siècle, la tragédie, de plus en plus, « is concerned to explore the activity of looking » et ce constat l'amène à étudier le sens des mots théatês et théôros . L'étude du théâtre comme spectacle est alors mise en rapport avec les enjeux politiques spécifiques à la cité démocratique athénienne des Ve/IVe siècles avant J.-C. S. Goldhill, par exemple, compare l'emploi qu'on trouve de théatês et de théôros dans les discours des orateurs et des historiens de cette époque à celui qu'en font Eschyle, Sophocle et Euripide dans leurs œuvres . N. Villacèque met en parallèle les situations vécues par les citoyens athéniens, lorsqu'ils sont sur la Pnyx en train d'écouter et de voir les orateurs et lorsqu'ils sont au théâtre en train d'assister à une tragédie ou à une comédie . Les études sur le théâtre envisagé comme spectacle débouchent également sur une analyse des décors et des différents procédés de mise en scène utilisés par les poètes dramatiques . D'inspiration souvent plus archéologique ou historique, ces études peuvent cependant conduire aussi à une réflexion sur la relation existant entre le fait de voir et le fait d'être vu. Ainsi, dans son livre Vision and Stagecraft in Sophocles, D. Seale se propose d'analyser en parallèle « the image world of seing and the « actual » world of what is seen on-stage » . C'est ce qui l'amène à examiner « the metaphorical language of sight » et toutes les images élaborées à partir des thèmes du regard, de l'apparence ou de l'obscurité . La méthodologie suivie pour cette thèse et les objectifs qu'on se propose d'atteindre sont différents. L'étude porte sur l'ensemble de l'œuvre d'Euripide et partira d'un examen précis des différentes occurrences en rapport avec la vision, l'ouïe et, dans la mesure du possible, le toucher. En s'appuyant sur les résultats donnés par Boehm, 2005 , il s'agira d'effectuer un relevé systématique du vocabulaire utilisé et d'analyser précisément, aux niveaux grammatical et sémantique, les termes employés et le contexte dans lequel ils sont utilisés. Ce processus implique de se situer —au moins au départ— sur un plan intra-scénique et d'étudier le langage des personnages et du chœur afin d'essayer de comprendre comment s'élabore sur scène la relation entre la parole et l'écoute, la vue et le regard. Après avoir cerné, de cette manière, les caractéristiques que donne Euripide à ces perceptions sensorielles, on réfléchira à la façon dont le poète les exploite pour construire ses pièces, élaborer le jeu des personnages, délimiter l'espace scénique, et définir ainsi les rapports avec le public. Il s'agira d'essayer de comprendre comment le poète met en œuvre l'acte de voir et d'entendre, comment il distribue ces perceptions sur scène et hors scène et comment elles construisent l'identité à la fois de celui qui en est à la source et de celui qui en est l'objet. Dans cette perspective, le phénomène sensoriel sera analysé davantage dans sa théâtralité que dans sa fonction dramatique . Ce parti-pris conduira nécessairement à interroger les notions de réalité et de fiction et à étudier le système de représentation mis en œuvre. La perception est-elle donnée comme garante de vérité et comme moyen de connaissance ou bien est-elle de l'ordre du façonné, du factice et de l'illusoire ? À travers l'étude des sens et de leur représentation, c'est l'ensemble du phénomène théâtral qu'on interroge, en essayant d'appréhender le processus qui mène à la création scénique et à sa réception.

  • Titre traduit

    Study of senses in Euripides theatre


  • Pas de résumé disponible.