L'européanisation de la politique étrangère de la France et du Portugal : le cas du Maghreb dans la construction d'une politique étrangère pour la Méditerranée

par Veronica Borges Dos Santos Martins (Borges Dos Santos)

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Renaud Dehousse et de Ana Paula Brandão.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques en cotutelle avec l'Universidade do Minho , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-2006 .


  • Résumé

    Cette thèse se propose de comprendre comment l’interaction entre les niveaux européen et national peuvent impacter sur les résultats de la politique étrangère (policy outcome) tant française et portugaise qu’européenne, à l’égard de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, en se basant sur deux études de cas qui privilégient la dimension extérieure de la coopération dans les domaines de l’immigration et de la lutte contre le terrorisme entre 1995 et 2007. Dans l’analyse de la problématique, nous utilisons de façon complémentaire les intérêts, les institutions et les idées comme variables d’analyse et examinons les interactions stratégiques entre acteurs et le poids des institutions sur les préférences et les idées des acteurs. Dans une première partie, nous considérons la politique étrangère de l’Union européenne en appliquant le cadre analytique de Bretherton et Vogler, associé au concept de « puissance civile ». Partant du constat que tant la France que le Portugal ont développé des relations bilatérales avec les États maghrébins, nous analysons également la politique étrangère de ces acteurs étatiques. Dans une seconde partie, à la lumière du cadre conceptuel de l’européanisation et du cadre théorique néo-institutionnaliste (historique, rationnel et sociologique), les deux études de cas démontrent que, dans l’interaction, il existe une résistance des préférences nationales aux changements et la dimension de la projection prédomine. Toutefois, elles dévoilent, d’une part, une réception par une absorption, notamment dans les mouvements de crossloading et, d’autre part, l’influence des facteurs internationaux et internes dans les inflexions des préférences nationales.

  • Titre traduit

    The europeanisation of France and Portugal's foreign policy : the case of Maghreb in the construction of a foreign policy for the Mediterranean


  • Résumé

    This thesis aims to understand how the interaction between the European and national levels may have an impact on French and Portuguese as well as European foreign policy outcomes with respect to Algeria, Morocco and Tunisia, based on two case studies that focus on the external dimension of cooperation in immigration and fight against terrorism matters between 1995 and 2007. In the analysis of the problematic, we use in a complementary way interests, institutions and ideas as analysis variables and issues like the strategic interactions among actors and the weight of institutions on actors’ preferences and ideas. In the first part, we begin by considering the European Union’s foreign policy applying the analytical framework of Bretherton and Vogler, linked to the concept of « civilian power ». Based on the fact that France as well as Portugal have developed bilateral relations with the Maghreb countries, we also analyze the foreign policy of those state actors. In a second part, within the europeanisation conceptual framework and the new-institutionalism theoretical framework (historic, rational and sociological), both case studies show that national preferences are resistant to changes and that projection predominates. Nonetheless, they also reveal, on the one hand, reception through absorption namely in the crossloading movements and, on the other, the influence of international and domestic factors over the inflexions of national preferences.