La campagne de France dans le sud-ouest : conséquences humaines, sociales et économiques des opérations militaires (hiver 1813- printemps 1814)

par Dominique Morincome

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Laurent Coste.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Centre d'études des mondes modernes et contemporains (equipe de recherche) depuis le 18-11-2008 .


  • Résumé

    En juin 1813, la défaite des armées françaises commandées par le maréchal Jourdan à Vitoria précipite les armées françaises, espagnoles et anglo-portugaises vers la frontière pyrénéenne. Après un difficile hiver pour tous les combattants et les populations des territoires occupés par les armées, dès le printemps 1814 les combats reprennent entre les deux armées et vont se dérouler jusqu’en avril à Toulouse. La présence de Napoléon auprès de ses troupes dans l’épisode de la Campagne de France marquée par son génie stratégique à focalisé nombre d’historiens sur ce territoire. La campagne du Sud-Ouest est moins connue et à l’exception de son histoire militaire à fait l’objet de moins de recherche sur les conséquences du passage des deux armées. Les populations des territoires occupés et celles devant palier les besoins des troupes ont ressenti le poids du passage des deux armées. Outre les récits et témoignages des belligérants et les archives des pays impliqués, les archives départementales et municipales sont riches des conséquences de ses événements. Un travail minutieux sur la trace des deux armées fortes d’un total de plus de 160000 hommes, chevaux et matériel, de l’organisation de leur ravitaillement et de leur vie quotidienne permettrait de faire émerger le véritable impact de cet épisode militaire sur les populations et leur administration (Aquitaine, piémont pyrénéen et région toulousaine). Les historiens ont souvent souligné que les armées françaises vivaient sur le pays et sur l’habitant tandis que les armées anglaises payaient et défrayaient leurs fournisseurs, la conséquence en étant une meilleure acceptation de l’occupant et une volonté d’un changement de régime politique. Les archives des Landes, les municipalités de Bayonne, d’Orthez, d’Aire sur l’Adour et de Toulouse ont notamment proposé au public une exposition sur « l’invasion de 1814 » : ce travail de recherche se situe dans cette continuité et se propose d’effectuer les liens entre le mode d’occupation du territoire par les deux armées et leurs succès militaires.

  • Titre traduit

    The campaign of France in the South-West: human, social and economic consequences of military operations (winter 1813 - spring 1814)


  • Résumé

    In June 1813, the defeat of French armies commanded by Marshal Jourdan in Vitoria precipitated the French, Spanish and Anglo-Portuguese armies towards the Pyrenean border. After a difficult winter for all the fighters and the populations of the territories occupied by the armies, since the spring of 1814 the fighting resumed between the two armies and will take place until April in Toulouse. The presence of Napoleon with his troops in the episode of the Campaign of France marked by his strategic genius has focused many historians on this territory. The Southwest campaign is less well known and, with the exception of its military history, has been the subject of less research on the consequences of the passage of the two armies.The populations of the occupied territories and those facing the needs of the troops felt the weight of the passage of the two armies. In addition to the stories and testimonies of the belligerents and the archives of the countries involved, the departmental and municipal archives are rich in the consequences of its events. Careful work on the trace of the two strong armies of a total of more than 160000 men, horses and equipment, the organization of their supplies and their daily life would allow to emerge the true impact of this military episode on the populations and their administration (Aquitaine, Piedmont Pyrenean and Toulouse region). Historians have often pointed out that French armies lived on the land and on the inhabitants while English armies paid and defrayed their suppliers, the consequence being a better acceptance of the occupier and a desire for a change of political regime. . The archives of the Landes, the municipalities of Bayonne, Orthez, Aire sur l'Adour and Toulouse have notably offered the public an exhibition on "the invasion of 1814": this research work is in this continuity and proposes to make the links between the mode of occupation of the territory by the two armies and their military successes.