Habiletés cognitives et contrôle aérien : application à l’étude de l’utilité de tests psychotechniques pour le recrutement des élèves contrôleurs aériens

par Damien Mouratille

Projet de thèse en Psychologie cognitive

Sous la direction de Franck Amadieu et de Nadine Matton.

Thèses en préparation à Toulouse 2 , dans le cadre de Comportement, Langages, Education, Socialisation, Cognition (CLESCO) , en partenariat avec CLLE - Cognition Langues Langage et Ergonomie (UMR 5263) (equipe de recherche) depuis le 01-09-2019 .


  • Résumé

    Au cœur de la sécurité aéronautique, le métier de contrôleur aérien est complexe mais critique. Le contrôleur aérien réalise de nombreuses tâches reposant sur des processus cognitifs de haut niveau tout en étant en haute situation de stress. A l’heure actuelle, les contrôleurs aériens recrutés par voie externe sont seulement soumis à des épreuves écrites et orales de type test de connaissance ainsi qu’un entretien avec un jury. Les élèves ingénieur du contrôle de la navigation aérienne ainsi recrutés reçoivent une formation pendant 36 mois puis sont affectés en unité dans un centre. En moyenne, ils obtiennent la qualification deux ans après leur affectation. Cependant, un certain nombre d’entre eux échoue. Afin de réduire ce taux d’échec, plusieurs pistes existent dont une optimisation du processus de sélection. Ainsi, en Europe et aux Etats-Unis, la plupart des systèmes de sélection des contrôleurs aériens repose au moins en partie sur l’évaluation de performances à des tests d’habiletés cognitives (e.g., Damitz, Chetcuti, Henriques, 2010 ; Pecena et al., 2013 ; Ramos, Heil, Manning, 2001). Les études de validité prédictive conduites sur ces tests ont mis en évidence un lien significatif avec des critères de succès de formation. Toutefois ce lien reste faible : par exemple, dans le système de sélection allemand, le score le plus prédictif du succès en formation présente une corrélation significative de r=.17 avec le succès en formation (Pecena et al., 2013). Cette thèse vise donc à identifier les habiletés cognitives permettant de prédire les difficultés au cours de sa formation initiale et en unité. La prédiction serait réalisée à partir de tests psychotechniques et, en complément, des mesures physiologiques.

  • Titre traduit

    Cognitive abilities and air traffic control : application to the study of the releveance of psychotechnical tests for the recruitment of french student air traffic controllers


  • Résumé

    At the heart of aviation safety, the job of air traffic controller is complex but critical. The air traffic controller performs many tasks based on high-level cognitive processes while being in a highly stressful situation. At present, externally recruited air traffic controllers are only subject to written and oral knowledge tests and an interview with a jury. The air traffic control students recruited in this way receive training for 36 months and are then assigned to a unit in a centre. On average, they obtain the qualification two years after their assignment. However, a number of them fail. In order to reduce this failure rate, several solutions exist, including an optimization of the selection process. Thus, in Europe and the United States, most air traffic controller selection systems rely at least in part on performance evaluation in cognitive skills tests (e.g., Damitz, Chetcuti, Henriques, 2010; Pecena et al., 2013; Ramos, Heil, Manning, 2001). Predictive validity studies conducted on these tests have shown a significant link with training success criteria. However, this link remains weak: for example, in the German selection system, the most predictive score of success in training has a significant correlation of r=.17 with success in training (Pecena et al., 2013). This thesis therefore aims to identify the cognitive skills needed to predict difficulties during initial and unit training. The prediction would be based on psychotechnical tests and, in addition, physiological measurements.